TOOL TRIP

Lac Toba

Lac Toba

Voir le lac Toba…Et partir…

Un rapide retour sur nos quelques jours passés sur l’ile de Samosir qui se trouve au milieu du lac Toba.

BukitLawang bus stop 6am

Good morning Bukit Lawang

Pour y parvenir il a fallu se lever dès potron minet de Bukit Lawang pour parvenir à attraper le ferry de Parapat à Tuk-Tuk, nom du village où sont situés les logements de Samosir. Saviez vous que le lac Toba qui l’entoure est le plus grand lac en Asie du Sud Est, couvrant pas moins de 1707km2 et a été créé suite à une éruption intervenue il y a plusieurs dizaines de milliers d’années? Non? Et bien maintenant vous le savez.

Bon comme je le disais, nous souhaitions éviter de rester coincés sur la mauvaise rive du lac, donc réveil à 5h dans la jungle pour choper le bus de 6h pour Medan. Après 40′ de marche active avec le bardas sur le dos (dans un noir complet, sur un chemin boueux), mission accomplie avec le réveil du village en prime rien que pour nous (les coqs qui chantent, les chiens qui nous suivent…).

Bien contents de voir arriver un bus direct, on est partis bus parapatdirection Medan pour 3 heures de fun. C’était sans compter sur le chauffeur qui pour je ne sais encore quelle raison s’est décidé à rouler à 2 à l’heure pendant une demi heure puis sur la fin à rouler comme un malade (il a failli renverser une fille en moto). Bon on est quand même arrivés, on commence à être habitués à la conduite locale, donc on est grimpés à bord d’un autre mini taxi pour le terminal de bus puis l’autre bus pour notre destination Parapat.

Encore un peu naïfs, on pensait que pour le coup, un trajet de 5 heures signifierait que le bus serait à peu près en bon état, avec la clim, propre et confortable. Que nenni! C’était un autre de ces bus poubelles, construit pour les locaux car avec deux fois moins de place pour les jambes que dans un avion ryanair. Et bien sûr tout le bus fume cigarette sur cigarette. Sans compter que tous les 100m le chauffeur alerté par son guetteur freine comme un taré pour faire monter un passager de plus à bord. Et bien pas de souci, on y est arrivés après que 300 personnes aient fait un bout de chemin avec nous et aient été déposées en route au milieu de nulle part. Le bus nous a même directement déposé sur le terminal du ferry où on a pu que constater que la visibilité était limité à néant…Comme partout ailleurs sur Sumatra, la fumée avait envahi le coin et le paysage tant attendu n’était que brume. Restons positifs et essayons d’ouvrir les yeux!

Toba

La brume de Sumatra

Liberta homestay

La vue depuis notre chambre Batak

Avant que le bateau ne décolle, nous avions été abordés par 5 personnes essayant de nous vendre leur guesthouse à coup de photos sur smartphone ou de petit papier plié dans la poche…Comme on n’avait aucune idée où passer la nuit, ce fut bénéfique et on a décidé un batak local tout timide qui nous a fait la promo de Liberta, un des endroits listés par le Lonely Planet. Comme il demandait un prix défiant toute concurrence, on l’a suivi et on n’a pas été déçu.

Liberta homestay – vraiment cool, avec pas mal de voyageurs, des bons repas pas chers, et un staff très jeune super sympa. On a choisi la maison typique Batak à 50m du lac avec eau chaude! Le grand luxe pour 3€ par nuit…

random shrine

Une sépulture batak

Restant trois jours sur l’île, nous avonsScooter loué un scooter pour 2 jours pour aller explorer ce qui était visible. Et on a adoré. Il n’y aura plus qu’à y revenir pour profiter pleinement des paysages et des couchers de soleil. Le premier jour nous avons profité du scooter pour aller voir le lac Sidihoni de l’autre côté de l’île: c’est donc un lac sur une île elle-même entourée d’un lac, lui-même sur une île, Sumatra. Assez rare…Magnifique, calme, tranquille, personne à part quelques buffles aquatiques.

Hotspring

Ensuite on s’est dirigés vers la source chaude, juste une no go zone: tout est défoncé on dirait Tchernobyl!
Imaginez une montagne d’où sort des gazs de sulfure qui puent l’oeuf pourri, avec deux trois maisons ignobles, des tuyaux partout, des déchets par terre et des piscines pour venir se baigner dans cette atmosphère relaxante et paisible!!! Ca faisait vraiment peur, les tuyaux fuiaient, c’était nul, même la source…bref à oublier.

Hotspring6Hotspring7

On est vite partis de là pour aller voir les villages et en apprendre un peu plus à propos du peuple batak: des anciens cannibals qui mangaient les hommes, mais uniquement les méchants apparemment. En tout cas, les bataks actuels (qui sont omnivores j’espère) restent très fiers de leurs ancestres.

2batakhouses

Maisons traditionnelles Batak

batakhouse4

On a essayé d’elargir un peu notre culture en allant voir les restes du roi Siallagan, les chaises en pierre et les lieux d’exécution. Rien d’époustouflant mais de quoi dire qu’on l’a fait.

Selfiebatak

totembatakstonechairsslideshowbob

En tout cas, au cours de cette journée découverte, on n’a pas croisé un seul autre touriste. Et ça c’est toujours appréciable.

waterbuffalo3

Embouteillage sur Samosir

boattoba

Le lendemain on a suivi les conseils des gens du coin en allant explorer l’île dans l’autre direction. En effet, mieux vaut ne pas tenter faire le tour de l’île dans un sens car la route est apparemment en très mauvais état sur une portion. En plus cette île fait la taille de Singapour donc faire 150km de scooter à 2 sur les routes indonésiennes n’est pas sans quelques douleurs au postérieur

Nous sommes donc partis du côté de Tomok et vers les montagnes de Onan Runggu via Parmonangan.

paddyfields

Rizières détrempées

C’était génial, village après village, des rizières de partout, des vallées avec personne, une route pittoresque uniquement interrompue par un troupeau de buffles tranquilles. Et surtout il y avait des enfants en uniforme d’écolier tout sourire de partout. Ils disaient tous « hello hello » quand ils voyaient qu’on était européens, trop cool…

kids

Give me 5!

hugepaddyfields

On a pris quelques photos mais surtout on a eu le sourire aux lèvres pendant plusieurs heures. Les autres photos de paysage malheureusement ne révèlent que trop peu la beauté du coin à cause de cette satanée fumée.

waterbuffalo1

fisherman

hotchocolatewarmup

On imagine même pas ce que ça peut être quand les cieux sont avec vous. Enfin, pour clore le spectacle on s’est pris une saucée du siècle sur le retour, qui a prouvé que l’eau chaude était la bonne option dans l’auberge Liberta (et le chocolat chaud était aussi bon qu’après une grosse journée de ski)

Enfin pour se remettre de nos émotions, nous avons suivi les conseils de beaucoup de voyageurs sur un resto de Tuk-Tuk appelé Jennys et qui apparemment sert le meilleur plat que vous allez manger en Indonésie.

Tuktuk8Tuktuk9

Au milieu de la route en construction du village, nous avons trouvé Jennys et on s’est régalés: le poisson mariné grillé au bbq sous vos yeux est une tuerie. On n’a passé qu’une semaine en indo mais ça ne va pas être facile à battre. À suivre…

Tuktuk14

Les rues de Tuk Tuk

Tuktuk17

batakhouse6 people

Les locaux…

Toba31

4 reflexions sur “Lac Toba

  1. Avatarmam

    magnifique reportage comme d’hab!

    quel plaisir de pouvoir vous suivre  » à la trace « ..

    les sourires des enfants sont lumineux et les vôtres aussi.

    bonne suite avec ,on l’espère pour vous, un peu plus de ciel bleu pour pouvoir encore plus apprécier les splendides paysages.

    bises à vous deux et portez vous bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!