TOOL TRIP

Le rocher d’or et le train circulaire

road golden rock

LE rocher d’or
Nous avons décidé de faire un tour à Kyaiktiyo pour visiter le « golden rock » un peu à la dernière minute. En effet, après notre passage agréable à Hpa An et ses environs, nous étions destinés à faire la route pour Yangon et attraper notre vol pour Bangkok mais un petit détour nous fit faire un stop de plus à Kyaiktiyo.
Nous avons donc pris un bus super tôt dans l’idée d’arriver sur place à une heure décente nous laissant la marge de monter en haut du Golden rock à pied. Tout le monde rencontré en chemin nous ayant vanté les mérites de cette marche plutôt que de prendre le pick-up plus touristique et moins fun. Pour certains la marche était même le clou de leur journée passée sur ce site si particulier.
Malheureusement après bien des heures passées dans de nombreux bus successifs il était un peu tard pour tenter la marche de 4 heures tant attendue. De plus il faisait une chaleur insupportable et nous n’avions rien avalé depuis trop longtemps pour tenter le pari cet après-midi là. On a donc tranquillement trouvé une guesthouse pour la nuit et pris le temps de déjeuner avec un jeune belge rencontré en chemin. Le village de Kyaiktiyo se résume à une longue rue bordée de vendeurs de trucs inutiles pour les touristes et de rabatteurs à restaurants de mauvaise qualité.
Une ambiance vraiment bizarre surtout quand il fait 40 degrés et que ça fait cinquante fois qu’on dit non merci aux mêmes vendeurs. Mais on était pas là pour faire travailler nos papilles mais bien pour toucher l’or du rocher.
truck golden rock

La gare des pick up!

Nous voilà donc en route vers la station de pick-up, seul moyen de transport pour s’affranchir des quelques kilomètres jusqu’au sommet. Et là c’est un peu le choc: le terminal est monstrueux, des dizaines et des dizaines de pick-ups se chargent d’embarquer des centaines de visiteurs. C’est un pèlerinage très important pour les birmans, un peu comme se rendre à la Mecque une fois dans leur vie pour les musulmans. Imaginez donc des camions à plateau, ultra surélevés avec une cinquante de places disponibles par camion, tout le monde assis sur des bancs en fer embarqués par des passerelles à 5 mètres de hauteur.
Une montee mémorable!
Ça fait très Disneyland et on ne s’y attendait pas du tout. On se serre donc au dernier rang de la benne, et c’est parti pour un tour de manège dans les montagnes de Kyaiktiyo. Le trajet fut assez épique avec des pentes à pourcentage improbable, des virages à épingle inhumains et beaucoup d’arrêts au stand pour soit laisser passer les autres véhicules en sens inverse, soit nous faire payer un « don » pour les moines du coin, soit ravitailler toute cette bande de touristes assoiffés. En tout cas avec Soph on a bien rigolé, on se serait cru en quelque sorte à Magic World pendant trois quarts d’heure.
golden rock us

Le vrai Rocher d’or est le point jaune minuscule au fond…

Arrivés en haut, la vue était imprenable sur les montagnes alentours, des forêts des forêts et des arbres partout autour de nous! Mais surtout le plus frappant c’est une fois de plus l’organisation des lieux: un parking à pick-up immense, des vendeurs de partout, des restos des hôtels hors de prix et bien-sûr un ticket d’entrée pour les étrangers beaucoup trop cher. Mais le plus frappant, c’était de voir qu’une véritable ville se situe là où on pensait voir un site uniquement touristique. Certes, presque tout le monde ici est un touriste, mais d’une part ce ne sont presque que des locaux qui passent la journée et la nuit par terre dehors à faire des offrandes, et d’autre part, toute une partie du sommet de la montagne est un village/ghetto. On a croisé quasiment que des maisons de type bidonville sur toute la partie habitée du Golden Rock. On se demande bien où passe tout cet argent…
golden rock jm

J’y suis! Pas si impressionnant, mais je suis le seul blanc… 🙂

Seul touriste étranger
Pour ce qui est de la visite, le rocher en lui-même est un peu décevant, beaucoup moins gros que ce à quoi on pouvait s’attendre et beaucoup plus posé sur la roche que ce qu’on avait pu lire. Rien ne devrait le faire tomber de là de si tôt, pas même le cheveu de Buddha qu’on est censé pouvoir apercevoir avec la lumière du soleil couchant sous le roc. Par contre, ce qui est assez intéressant c’est la foule qui se presse pour coller des feuilles d’or sur le rocher et prier!!! Dingue. Comme Sophie n’avait pas le droit d’approcher (étant une femme, encore une bizarrerie birmane qu’on n’apprécie guère), j’y suis allé et c’était bien la première fois que je me sentais moins touriste que le reste des locaux présents!
porter fat woman

Traitement VIP pour les fat mamas (trop) riches – Soph au fond de la photo!

porter golden rock

Chrono drive en mode birman

Finalement, après avoir passé plus d’une heure sur place, et s’être rendu compte une fois de plus de la lutte des classes au Myanmar (les gens se font porter par des esclaves comme les égyptiens il y a 2000 ans!) nous étions impatients de reprendre le pick-up du retour et s’amuser à nouveau sur la route/manège. Et bien nous n’avons pas été déçus: nous sommes montés dans l’un des derniers camions retour du jour (les locaux peuvent continuer à monter après 18heures mais pas les étrangers) et la descente fut incroyable: les freins du camion étaient mis à rude épreuve pendant la demi-heure de descente. Et rien que pour ça, le détour à Kyaiktiyo valait le coup!
no spitting sign

Pour une fois qu’il est interdit de cracher le betel…

soph golden rock

Le rocher d’or de Soph, autorisé aux femmes

Le train circulaire de Yangon
Le lendemain matin nous étions donc en route pour Yangon, avec notre vol prévu en début de soirée pour Bangkok et d’autres aventures. Mais avant cela, nous avions en tête de passer une partie de la journée dans le train circulaire, ce fameux train qui fait le tour de Yangon en trois heures, en s’arrêtant plus de cinquante fois et à bord duquel on fait un saut dans le passé instantané.
circular train

Le train circulaire, un voyage dans le passé

L’art de transpirer
Déposés à l’immense terminal de bus de Yangon, nous n’avions aucune envie d’accepter l’une des offres des taxis et autres tuktuks surexcités pour nous emmener à la gare de train la plus proche. Nous avons donc bravé la chaleur et les vingt kilos de sacs sur les épaules, et la circulation kamikaze de la 4 voies et nous sommes partis à pied sous les yeux ébahis des birmans. À peine 40 minutes plus tard nous étions à la gare la plus proche, mais impossible de savoir à coup sûr l’horaire du prochain train. La conversation est difficile avec le chef de gare mais on finit par comprendre qu’il y a un peu d’attente. Que nenni! On décide de ne pas poireauter un seul instant lors de notre dernier jour dans le pays et on repart à pied pour la prochaine gare sur la ligne. Ce fut la bonne idée car non seulement on réussit à choper un train là bas, mais en plus on a traversé quelques quartiers typiques qu’on aurait jamais vu en voiture, et surtout on a sympathisé avec un gars sur le quai qui nous a fait avoir le ticket pour le prix local: moins d’un euro pour deux pour trois heures de train! Pas mal.
nice woman train

Une admiratrice trop gentille!

Dès que le train fut à quai, on se mit en mode « on en prend plein les yeux ». Le paysage était top, la vie quotidienne se déroulant sous nos yeux à l’extérieur du wagon mais aussi autour de nous avec des mamies qui épluchaient des légumes ou qui tissaient des pulls en laine, des marins ayant un peu trop bu qui voulaient faire la causette, ou des couples qui avaient envie d’échapper au bruit de downtown pour quelques heures.
coming onboard train

La vie de tous les jours…

sailors train

Des copains marins (et marrants)

Pour nous, on fit une pause déjeuner au milieu du trajet au centre-ville de Yangon avant de remonter dans le train une heure plus tard et s’arrêter dans la gare la plus proche de l’aéroport. Et pour clore une journée sportive, arrivés à la gare avec une marge suffisante pour notre vol, nous avons parcouru les quelques kilomètres restants à pied, avec la tombée de la nuit, à l’heure de pointe, au milieu des taxis et des bouchons. Mais c’est sûrement au cours de cette journée passée immergés dans la vie des autochtones qu’on a croisé le plus de gens aimables et sympathiques du voyage. En somme une fin parfaite pour cette épopée au Myanmar.

 

old woman train

Bye bye le Myanmar et merci!

3 reflexions sur “Le rocher d’or et le train circulaire

  1. AvatarChristelle et ses hommes

    Coucou les aventuriers, quels beaux résumés et jolies photos. Seulement maintenant, on est « en manque »… Plus de news, plus d’anecdotes,… 🙁
    Nous espérons que vous allez bien et attendons vos prochains posts avec impatience. Bises de Sumatra 😉

    1. AvatarTool Trip dreamteam

      Hello!!!! Désolé mais depuis que nous sommes en Nouvelle Zélande c’est quasi impossible de publier!!! Plus de deux mois de retard maintenant sur le blog, mais il y a trop de choses incroyables à faire ici… On espère que vous vous régalez toujours autant à Sumatra. Bises aux orangs outans!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!