TOOL TRIP

Maupiti notre chouchou des îles sous le vent

Sommet

On nous avait recommandé de terminer notre tour de la Polynésie par l’île de Maupiti. Le top du top apparemment.

Airport sign

Depuis Bora Bora nous nous sommes retrouvés sur le même vol que Juliettes et Mathieu nos amis rencontrés à Raiatea, les mois chanceux de tous les voyageurs rencontrés en Polynésie avec des semaines entières de pluie torrentielle pendant leur séjour. Jusqu’à Maupiti! À peine débarqués on se rend compte du potentiel de Maupiti: un lagon dingue, peu de touristes, un mini Bora en 100 fois mieux…

Selfie boat

Bien acceuillis à l’aéroport

Un spot de rêve

On les laisse rejoindre leur pension et on prend rendez-vous pour le lendemain car sur Maupiti nous avions réservé à la pension Auira, sur un motu et dans un bungalow. Et oui on se refuse rien en tour du monde. Et bien après trois semaines en tente à ne rien dormir, on se voit offrir une hutte typiquement tahitienne.

Motu auira bungalow

Notre bungalow

Pointe Tereia et Motu Auira depuis sommet

Notre motu vu du ciel

Malheureusement notre deal ne comprenait pas la demi-pension et avec une cuisine sans frigo, seulement une gazinière du siècle dernier et le premier magasin à deux heures de là c’était pas le plus simple.

Tu vas chercher du pain? Ok alors je traverse le kilomètre de lagon qui nous sépare de l’île principale puis j’enchaîne avec 7 kms de marche sous un chaleur torride pour arriver à la boulangerie. Et rebelotte pour le retour. Un peu le parcours du combattant.

En plus pour être franc, Gilbert notre hôte était plus concentré à satisfaire les clients qui payaient trois fois plus que nous ce qui n’a rien de surprenant. Enfin on se fit quand même offrir une boîte de corned beef et de la sauce tomate pour accompagner notre riz pour un dîner romantique aux chandelles comme dans un resto étoilé.

Sunrise Motu Auira genial

Lever de soleil sur Maupiti

Un jour férié à Maupiti

Le lendemain on se mit en route tôt pour profiter de cette île magnifique, et aussi ne pas mourrir de faim. Premier obstacle, l’eau. Alors qu il ne faisait pas encore grand jour, on avançait pas si facilement que ça dans 1 mètre d’eau (et bien sûr je me suis défoncé un orteil sur du corail).

Soph crossing

Traversée à pied du lagon

Ensuite faire du stop un jour férié à Maupiti c’est tendu. Enfin trouver à manger dans le seul magasin ouvert ce jour là c’est comme pendant les restrictions il y a 70 ans… La galère! Mais au moins en allant chercher plus de crackers pour le petit-déjeuner (un délice avec de la vache qui rit!) je suis tombé sur le pick up de la pension Teheimana qui hébergeait nos amis. Ils nous avaient passé un coup de fil la veille pour en vanter tous les bienfaits, et c’est vrai qu’en rencontrant Tehei et Cliff c’était le genre d’état d’esprit qu’on adore: grand sourire, feeling au top. En deux secondes, on était déjà prévus pour une excursion avec eux le lendemain et trois minutes plus tard on s’était arrangés sur un séjour camping chez eux incluant la demi-pension. Nickel! On a même réussi à se faire récupérer de l’autre côté de la rive le lendemain matin pour s’éviter de marcher avec les sacs jusqu’à la pension.

Selfie J M

On n’est pas les rois du monde là?

Le reste de la journée on la passe avec Mathieu et Juliette. À explorer le motu et à pleinement profiter du soleil et du lagon paradisiaque. Ce jour là ils ont pris plus de photos qu’en trois semaines! Ils avaient la banane comme jamais!

Greve Air Tahiti

La grève influence de la métropole…

Le spectre de la CGT and co. made in Polynesia!

Mais quelques heures us tard, à peine rentrés dans nos pénates on reçoit un coup de fil de Juliette en pleurs: Air Tahiti avait décidé d’étendre leur grève aux îles sous le vent, et par la même occasion de ruiner leur voyage. Ils devaient donc impérativement prendre le prochain vol pour Tahiti s’ils ne voulaient pas rater leur vol international pour l’Australie et annuler leur road trip déjà réservé là bas. Pour rester poli, je ne vous dirais pas ce que je pense des gens en grève mais ce soir là fut le début d’une longue mascarade dont seuls les français ont l’habitude. Pour commencer Air Tahiti que je contactais dans la foulée pour me renseigner sur notre vol, le même que celui de nos amis, nous disait que pour nous il n’y avait pas de problème ! Bon, logique de gréviste (0 neurones), pas de vol pour certains passagers mais vol maintenu pour d’autres…

Sunset Vaa

Va’a tahitien

Enfin passons à autre chose, comme nos amis étaient réduits à ne passer qu’une demie journée de plus sur Maupiti, Tehei nous organisa des activités sur mesure: un trip en bateau pour aller voir les raies mantas et les dauphins après que Mathieu et Juliette aient escaladé le belvédère de l’île. Un moindre mal.

À l’aube le lendemain matin donc on poussa un kayak encombré de tous nos sacs jusqu’à la plage en face du motu, sans incident pour les sacs, ouf! Tehei était là et on fila vers la pension pour un petit-déjeuner préparé avec amour (et beaucoup de sucre…). Ensuite une fois que nos compères furent de retour de leur marche, complètement trempés de sueur, on monta dans le bateau pour aller voir les mantas. Et bingo on a vu trois mantas!!!

La manta…

Les deux premières étant juste énormes et très proches de nous, à tourner autour de leur station de nettoyage, un gros rocher posé là, que du bonheur. En plus la vue de maupiti depuis le lagon était impressionnante et la compagnie fort sympathique. Une super matinée donc et un peu de tristesse au moment de laisser Mathieu et Juliette prendre leur vol alors que nous nous apprêtions à monter notre tente dans le jardin de la pension.

Boat power

Moon over Maupiti

Et une fois un dîner succulent englouti en famille, on se vut offrir le luxe de dormir dans un lit au lieu de la tente, nos hôtes ayant pitié de notre sommeil et n’ayant aucun autre client pour le moment.

Dinner feast

Un bon dîner

Ascension!

Le lendemain, un peu d’exercice au programme avec le sommet. Comme il n’y avait aucun nuage à l’horizon c’était l’idéal. Un coup de stop et c’est parti pour 45 minutes de montée raide, boueuse et terriblement chaude.

Climbing view

L’ascension commence

on the way to summit

La vue après quelques minutes seulement

Les mois de pluie n’avaient pas arrangé la qualité du chemin mais l’effort consenti était par cent fois récompensé: la vue depuis le belvédère était unique, spectaculaire, enfin pour nous il n’y avait pas de mots pour décrire ce qu’on voyait sous nos pieds. On est restés plus d’une heure là haut à apprécier la vue et à prendre des centaines de photos!

Pano Maupiti header

Au top!

Lagon turtles pools

Zoom sur les splendeurs du lagon

Island pano

Pour couronner le tout, on pris les kayaks disponibles à la pension cet après-midi et on fit une balade dans le lagon, seuls au monde parmi le turquoise. Quelle meilleure façon de parfaire une journée au paradis…

Kayak trip

Kayak en couple

Kayak view

Raie pastenague

Notre copine la raie

Mountain view from kayak

Comme une piscine…

Eel Soph kayak

Sophie n’aime pas trop ces animaux…

Black bay

Toujours incertain quant à notr départ, Air Tahiti étant tout à fait incapable de nous donner une quelconque information, nous avons accepté l’offre de Cliff et Tehei de faire une excursion le lendemain sur un motu avec snorkelling, manta, barbecue en mode Robinson Crusoe, raies et autres réjouissances.

Flat calm

C’est calme, zen

Grosse journée sur le lagon adoré

On commençait la journée feu d’artifice par les mantas, notre passe temps favori en Polynésie. Bim une grosse manta de 3,5 mètres qui vient nous voir et malgré la mauvaise visibilité on était contents de l’admirer pendant un quart d’heure. Ensuite jardin de corail. En gros on avait entendu que sur Maupiti il n’y avait aucun corail dans le lagon sauf ici. Et on ne s’attendait pas vraiment à une grosse surprise. Et bien une fois les quelques dizaines de mètres où effectivement il n’y a rien à voir, c’est majestueux. Les couleurs du corail, les poissons, les bénitiers impressionnants dans leur diversité tout était là en très bon état et dans des proportions dignes de Karimunjawa. Aucun autre touriste dans cet aquarium naturel, que du bonheur.

Tehei ray

Après le snorkelling, direction la passe réputée pour être la plus dangereuse de Polynésie. Peu profonde et étroite elle est l’une moyen d’entrer ou de sortir du lagon de l’île. Heureusement ce jour là la houle était petite donc pas de problème. Hors de la passe on peut voir des dauphins et pendant la saison estivale des baleines à bosse faire des excentricités. Mais pour nous pas grand chose, ce sera pour une autre fois. En rentrant à nouveau dans le lagon on fait un coucou aux raies léopard et on file vers la plage cachée derrière le motu pour préparer le barbecue.

Tehei Motu

Pendant que nos hôtes s’occupaient d’allumer un feu à l’ancienne, on faisait connaissance avec quelques raies peu farouches qui s’intéressaient de près aux visiteurs du jour. Excellent!

Soph ray

JM ray

On joue avec les raies…

On a donné un coup de main pour préparer le repas tahitien et ce fut un régal. Poisson cru, poisson mariné au feu, pain coco, bières fraîches. Et tout ça rien que pour nous. Et avec les blagues de Tehei et Cliff c’était encore plus plaisant!

Soph Tehei

JM Tehei

Cliff

Cliff, topchef

BBQ fish

BBQ bread

Parenthèse explicative sur l’incompétence et le je m’en foutisme chronique de certains…

Plus tard dans l’après-midi après être rentrés à la pension nous avons à nouveau contacté la compagnie aérienne pour savoir si le lendemain notre avion était finalement annulé ou pas. Réponse: aucun vol pendant 10 jours. Bon! On explique la situation, notre vol international le samedi en huit, les nuitées à nous avancer à Maupiti car il n’y a pas de distributeur automatique de liquide sur l’île. Nos plongées déjà payées sur les îles suivantes, etc… On s’attendait donc à être logé nourri blanchi jusqu’au prochain vol et remboursé de tout autre frais induit. Sachant tous ces détails Air Tahiti a contacté la pension pour organiser notre pension complète pour toute la semaine suivante. Entre deux coups de fil Tehei et Cliff nous avaient invité à prendre l’apéro dans leur maison en construction, en surplomb du lagon. En chemin la compagnie a de nouveau appelé Tehei pour cette fois leur dire qu’un vol venait d’être confirmé le lendemain à 13h et que nous étions enregistrés dessus! Euhhh c’est une blague ou ils ont une organisation de champions là bas… Bref quelle histoire. Finalement on allait pouvoir rentrer sur Tahiti le jour initialement prévu et nos amis auraient pu en faire de même! Mais ça bien sûr Air Tahiti s’en contrefout. La seule consolation pour eux était d’avoir passé trois nuits à l’hôtel 5* sur Tahiti tous frais payés jusqu’à leur vol international prévu le samedi matin. Et tout ça sans une goutte de pluie. Mais bon c’est pas une raison pour ruiner les vacances des gens.

Island view from Motu Auira

Merci Maupiti 

Pour nous ce soir là c’était tout ce qu’on demandait pour terminer un super séjour: une vue à couper le souffle, une terrace et une maison toujours en construction, des amis au top et un coucher de soleil sur Maupiti, une des plus belles îles au monde!

3 reflexions sur “Maupiti notre chouchou des îles sous le vent

  1. Avatargps.

    passionnant et sublime, comme d’hab….

    veinards que vous êtes, seuls au monde avec la nature et quelle nature !

    quel bien nous font à l’âme toutes ces lectures, aux citadins paumés que nous sommes, perdus dans « des flots de béton et de bêtise, de drugstores et de strip-tease, de buildings et de souterrains… »…englués et paralysés par des comportements sociaux surranés, et des idéologies stupides d’un autre âge,

    merci donc de nous donner encore envie et…espoir !

  2. Avatarmam

    j’ai déjà fréquenté plusieurs piscines mais malheureusement pour moi je n’en ai encore jamais vu qui ressemblaient à celle là.

    merci pour toutes ces merveilles. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!