TOOL TRIP

Motocross dans les villages autour de Hsipaw

river woman scooter

Pour passer à autre chose après notre fin décevante au lac Inle, nous avions décidé de faire route au Nord pour atteindre la petite ville de Hsipaw. Et peut-être nous serions moins entourés de touristes là bas.

map myanmar

Myanmar!

Une mise en bouche parfaite

C’est donc par un nouveau bus de nuit que nous partons de Nyaung Shwe. « Bus de nuit » est un grand mot, le départ étant fixé à 15.30 du terminal de bus…. Et l’arrivée prévue vers les 3h à destination! Sympa non? Bon dans notre cas, vu le traffic sur le trajet dû aux festivités de la pleine lune et à l’épais brouillard nous sommes arrivés à 7.30 du matin. Ça fait quand même 15 heures de bus et beaucoup beaucoup de virages en épingle pour une nuit, mais nous étions ravis d’être dans ce coin dont on avait tant entendu parlé. Et on a tout de suite accroché. Le village est situé en bord d’une rivière et la brume matinale qui l’enveloppait lui donnait une ambiance particulière qui nous a tout de suite plu.

champs hsipaw

Hsipaw village

Une rue de Hsipaw

Notre première journée s’est donc passée un peu comme dans un rêve: on a pu se balader dans les environs à pied, admirer le paysage au milieu des champs tout seuls, atteindre une cascade magnifique et en profiter tous les deux, prendre des photos du panorama des water buffalos, des champs de tomates, de bananiers et de riz sous le soleil. Tout était parfait.
tomatoes

Champ de tomates

smiley waterfall
waterfall

La cascade de Hsipaw

us waterfall
Guacamole paradise
Pour couronner le tout, on s’est offert le meilleur guacamole au monde au Popcorn garden, un jardin idyllique situé un peu à l’écart au Nord de la ville tenu par une mamie birmane ultra cool. Une journée relaxante, des images splendides plein les yeux, et pour une fois pas de pagode ou de moine mendiant! Yes!
popcorn garden soph

Popcorn Garden troooooop bon

landscape hsipaw
friends

Nos copains les locaux

Après un apéro passé avec nos amis anglais rencontrés sur le bateau de Komodo, nous étions dans les meilleures dispositions pour organiser notre trip du lendemain: deux jours et une nuit dans le fin fond de la campagne de Hsipaw en motocross. Tout s’est fait assez facilement chez Boatboat, une fat mama qui tient un restaurant au bord de la route et qui accessoirement propose ses deux-roues aux courageux qui n’ont pas peur d’affronter les chemins défoncés du Nord Myanmar (mais qui ne veut pas l’ébruiter pour éviter les ennuis avec les compagnies de guides).
map boat boat

La carte de Boatboat

us scooter

C’est parti mon kiki!

Le lendemain matin nous sommes donc partis armés du plan dessiné par Boatboat elle-même pour ce qui allait être une véritable aventure inoubliable. Après un stop rapide dans une sublime pagode (où les femmes n’étaient pas autorisées) nous sommes arrivés à Pan Khi, un mini village où une super famille nous a offert de l’eau et avec qui on a discuté pendant un bon moment, les jeunes trop contents de voir passer des étrangers dans le coin.
bawgyo pagoda

Interdit aux femmes

pan ki family sophpan ki family jm
Succession de villages typiques
Nous avons ensuite atteint Omu, un village trop mignon où chaque maison dispose de son propre jardin potager. On commençait déjà à sentir à quel point les gens ici sont éloignés du reste du monde.
road to ohmu
Ohmu 1

Omu, tellement paisible

Ohmu 2
Dans le prochain village, à flanc de coteau, après avoir rencontré nos premières crevasses et passages délicats de la journée, nous avons pu jouer avec les enfants du coin, toujours super excités de nous voir arriver et souriants comme jamais.
Hi five soph

Hi five!

Game soph
Mais ce qui restera le moment « Paris Dakar 2015 » du trip c’est la route qui mène à Pan Khar: d’abord il y a cette intersection en plein champ de riz, où il faut choisir entre gauche et droite, et pour laquelle même en regardant par cinquante fois le magnifique plan de Boatboat aucune indication n’est fournie. Si tu fais le mauvais choix, tu ne sais pas où tu vas finir et combien d’essence il te restera pour faire le chemin inverse.
chemin to pan khar

Chaud devant!

pan khar scooter
Paris-Dakar 2015
Ensuite il y a ces 20 longues interminables minutes de trail où il est juste impossible de passer avec notre moto mais comme par magie on arrive quand même à franchir les obstacles, les crevasses les rochers et éviter le précipice qui longe le chemin. Et même si Sophie dû descendre à plusieurs reprises de notre fière monture pour que j’essaie de franchir certains passages trop dangereux, nous ne sommes pas tombés une seule fois! Ni perdus! Un exploit connaissant mon sens de l’orientation. Et dans ces montagnes aucune chance de s’aider du téléphone, le chemin n’existe même pas sur maps.me.
road pan khar

Je suis prêt pour le permis moto!

viewpoint pan khar
village mountain
Le reste de la route pour arriver à Tan Saint est plus abordable mais les paysages restent à couper le souffle. Nous sommes finalement arrivés sans casse vers les 15heures, épuisés du stress du trajet mais accueillis par une population locale très sympa.
house tan saint

Notre chez nous à Tan Saint

rules of eatingelectricity tan saint
douche buffalo
L’endroit était hors du temps, on se serait cru un siècle plus tôt: notre logis était du plus basique. Les repas étaient tous identiques à base de riz et de chou. Mais le vieux couple chez qui nous avons passé la nuit était adorable et les enfants dans les chemins étaient en parfaite harmonie avec les vallées environnantes aux couleurs vertes et les femmes travaillant le thé au sol faisaient de cet endroit une scène toute particulière, le Myanmar dont on s’était fait l’image à force de témoignages et de récits des voyageurs qui l’avaient visité. Et rencontrer le soir même une famille de quatre français dont c’était le deuxième tour du monde était la cerise sur le gâteau. Bref, ce soir là on est allé se coucher à même le sol avec un large sourire aux lèvres.
bedroom tan saint

Pas mal notre logis non?

Le lendemain matin, après un petit-déjeuner à base de riz (pas facile à 6h du mat!), nous sommes repartis de notre côté tandis que les français ont poursuivi leur trek à pied.
tan saint departure

On ne roule pas sur les feuilles de thé…

Direction Pan Kan, premier arrêt sur notre route retour. Ce village est ultra photogénique mais ce jour là l’école étant fermée il n’y a pas grand monde pour l’animer.
pan kan house
pan kan soph
On poursuit donc notre chemin au milieu de vallées où on a juste envie de prendre des photos tous les 20 mètres.
panorama man pit

La campagne vallonnée des environs de Hsipaw

Une expérience géniale
Une pause café au milieu de nulle part puis un passage resserré à cause d’un camion en panne (depuis 12jours!) un peu plus loin et nous arrivons au dernier village avant de retrouver la route de Hsipaw, où coule paisiblement une rivière dans laquelle les femmes lavent les légumes comme leur linge ou leur cheveux. Ici c’est le vrai Myanmar!
truck en panne 12 days back
truck en panne 12 days front

Passage délicat autour du camion en panne

nar lwae river
Ces deux jours restent pour nous les meilleurs souvenirs de ce pays car ils nous ont permis de s’évader du circuit touristique classique et de s’immerger (enfin) parmi la culture birmane pendant quelques heures. Quel bonheur!
shan mountains
route to ohmu
paysage nar lwae
Pour fêter ça quoi de mieux qu’un guacamole de chez Popcorn garden et un jus de fruits frais du jardin. Un délice…
Ce soir là on voulait vraiment finir sur une note positive: on est donc montés au Sunset hill pour admirer le vue de Hsipaw depuis les hauteurs. On y fit encore une belle rencontre d’un moine du sud qui partagea avec nous un peu de son expérience dans le monastère situé en haut du mont. Et le coucher de soleil fit le reste avec pour décor les montagnes que l’on venait de parcourir les deux derniers jours.
bridge hsipaw
sunset hill

2 reflexions sur “Motocross dans les villages autour de Hsipaw

  1. Avatarmam

    on a aussi mangé du guacamol à midi mais celui d’auchan et non pas au Popcom garden mais seulement à Palaiz
    encore une belle étape avec de beaux paysages
    bonne route et à la prochaine destination

  2. Avatargps.

    comme un vrai PaDak en solo, subitement devenu intelligent, il est donc permis de rêver, la

    preuve en est apportée ici, à l’opposé de la quincaillerie commerciale et des fous ringards…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!