TOOL TRIP

Plonger au coeur des Komodo

Comme on l’a dit dans notre précédent article sur la croisière entre Lombok et Labuan Bajo, nous nous sommes mis en quête d’un centre de plongée ds notre arrivée dans ce port. Et on a trouvé Wicked Diving qui nous avait été recommandé par un autre blog. Sympas, efficaces et passionnés par l’archipel. Ce qu’on recherchait. Et même si c’était plus cher que prévu, on a fait une affaire par rapport aux 23 autres centres de plongée de la rue principale. On a tout préparé le soir même pour que le lendemain matin le départ se fasse encore plus rapidement.

crew

L’auberge espagnole du Versace

Epuisés par nos quatre jours, on a passé une courte soirée avec nos nouveaux amis à la fameuse pizzeria aux prix exorbitants et on s’est rentrés dans nos pénates pour la pire nuit du trip. Tellement humide que toutes nos affaires étaient bonnes pour une machine le lendemain. Un bruit inhumain des autres bateaux rangés côte à côte du notre. Bref à 4h45 Soph m’a proposé de partir de là le plus vite possible, pour éviter de ruiner nos souvenirs du Versace (les deux autres compères nous ont d’ailleurs suivi!).

Et hop à 5heures au milieu d’un port de commerce avec nos 18kgs sur les épaules nos paupières fatiguées et notre peau salée.

Mais pas de souci pour le tool trip, une grande journée de plongée nous attendait, ça allait envoyer du paté. Ok on avait une heure d’avance sur le rendez-vous fixé mais on a pu boire un petit café en patientant. Et l’attente valait le coup. La journée était parfaite. Petit bateau nickel, trois instructeurs aux petits oignons pour cinq plongeurs. Des snacks de l’eau du thé à volonté. Aucune pression sur les trois plongées prévues: on peut en zapper une et se faire rembourser au cas où. De la balle!
La première plongée était dans un endroit sans courant, pour que notre dive master verifie un peu notre aptitude à plonger. Très joli, plein de choses à voir, mais au bout de quarante minutes j’ai frôlé l’hypothermie (dans une eau à 27) et c’était pas facile de finir en bon état. Un quart d’heure plus tard en plein soleil, ça allait mieux mais j’ai decidé de passer mon tour pour la deuxième plongée réputée pour son eau glacée…à 23 degrés. Ok le 2e spot c’était manta point, le même que 2 jours plus tôt en snorkelling mais j’avais vraiment trop froid. J’en ai donc profité pour faire des photos de Sophie avec sa cagoule et ses 5mm de néoprene et admirer le paysage. Et Sophie en a profité pour plonger avec une raie manta qui passait par là.

Meilleure plongée de notre vie sous l’eau?

 

soph diving 1Dernière plongée, après un bon déjeuner et une bonne sieste sur le pont, j’étais mega motivé. Et j’ai bien fait de me jeter à l’eau. LA meilleure plongée que l’on ait faite. Voici le topo: avant de sauter à l’eau le dive master fait un check du courant. Une fois revenue à bord, elle a un petit sourire et dit medium. Ce qu’on traduira avec Soph plus tard par 3 noeuds. Deux fois plus rapide qu’un nageur olympique. Mais les explications schématisées du dive master et son entrain nous motivèrent encore plus. Le nom du spot en indonésien se traduit par big smile parce que tout le monde remonte à la surface avec un sourire énorme.soph jump

Bref c’est parti on se jette, et là c’est l’autoroute: impossible de le contrer une fois qu’on est dedans c’est comme dans le monde de nemo on se laisse couler et on admire le paysage: un mur de coraux splendides, des poissons de partout dans des proportions et des tailles jamais vues auparavant, un requin par ici, deux tortues par là, incroyable. Et ça a duré presque une heure. Et même si pour s’arrêter il fallait faire demi tour et palmer de toutes ses jambes, ça valait mille fois le coup. Il ne fallait juste pas rater le coche à un moment, prendre le virage au bon moment sinon c’est bye bye dans les abysses de Komodo.

soph diving 2

Mais une fois la difficulté passée, des barracudas, des mérous et autres animaux étaient tout autour de nous. Avec le clou du spectacle sur la fin, une manta géante qui passe juste au dessus de nos têtes avec Soph, lentement, juste pour nous (la dive master l’a loupé!) et qui nous fait coucou. C’était le rêve, on avait un tel sourire aux lèvres qu’on aurait pu en lâcher notre détendeur. Arrivés à la surface on avait la banane comme jamais!!! Truc de ouf!

Il faudrait même renommer ce spot ENORME SMILE car on ne pouvait juste pas s’en séparer!

soph diving 3

Enorme sourire

Le retour au port se fit avec le coucher de soleil, dur dur la vie.

Anecdote improbable: en sortant du centre de plongée, on se dirige vers notre hôtel (avec toujours ce fameux sourire aux lèvres), et là on tombe sur les copains français rencontrés a Bromo 20 jours plus tôt!!! Qui eux aussi reviennent de leurs plongées du jour! Déjà, c’est une sacrée coincidence car on s’était bien perdus de vue avec les 1000kms parcourus depuis. Mais ce qui est dingue, c’est que lors de notre départ de Bromo, dans la précipitation, j’avais oublié ma casquette favorite à la guesthouse (oui c’était le drame national…), et que l’espoir de la retrouver ne reposant que sur les copains avec qui on avait passé la nuit, ça s’annonçait plus que désespéré presque trois semaines plus tard. Et bien il faut toujours garder espoir car ce soir là Charlotte me fit l’immense plaisir de me rendre ma casquette intacte!!! Merciii

Complètement rincés par cette journée intense, riche en émotions et sportive on s’est finalement rués sur notre hôtel pour prendre LA douche! Et tous les copains rencontrés sur le bateau étaient encore là. On est donc allés boire un coup ensemble et on s’est racontés notre journée respective. On était comblés mais tellement épuisés qu’on a fini par s’écrouler pour une longue nuit de sommeil (qui finit avant 5h du mat par habitude!). Et ce matin là pas de dauphins ou de lever de soleil en mer pour nous motiver….

Quelle meilleure facon de terminer notre sejour en Indo que par un trajet de plus de 24h!

Dès qu’on a su qu’on se trouverait sur Flores, on était au courant de la difficulté du trajet retour vers Bali: soit super cher en avion, soit dans le budget mais éreintant en bus/ferry. Et comme on en a maintenant l’habitude, on a choisi l’option 2! En plus, c’etait l’opportunité pour nous de découvrir Sumbawa dont on avait zappé l’intérieur des terres puisqu’on avait fait que la traverser par la mer sur le bateau. L’itinéraire était donc le suivant: Labuan Bajo – Sape (port d’entrée de Sumbawa) en ferry, puis bus de Sape vers Bima, second bus de Bima vers Poto Tano (le port de sortie de Sumbawa), second ferry pour rallier Labuanlombok (port d’entrée sur Lombok) et dernier bus pour arriver à Mataram.

 last ferrybridge ferry jm

OK déjà sur le papier, le trajet fait peur. On savait même qu’il valait mieux ne pas acheter un billet tout compris (avec les bus et les ferries connectés) car la plupart du temps, les voyageurs rataient leurs correspondances et c’était la misère pour se faire rembourser.

Notre premier ferry donc quitta Labuan Bajo avec du retard, et pris du retard en route donc on arriva super en retard à Sape. Donc plus de bus, mais comme tous les locaux étaient dans le même cas, on les suivit vers Bima dans un pick-up surbondé (qui d’ailleurs nous a couté un bras car c’était ça ou rien…). Bref, serrés comme des sardines a l’arrière du pick-up le trajet nous a paru interminable, et comme on s’y attendait on a atteint le terminal de bus de Bima à une heure tellement pas possible qu’il était absolument vide!

pick up tired selfiepick up full

Hormis quelques vendeurs de riz et de noodles, le terminal ressemblait à un desert…Nous avons quand même trouvé quelqu’un pour demander quand arrivait le bus de nuit censé faire les centaines de kilomètres séparant Sumbawa du port de Poto Tano.

Réponse: il n’y a pas de bus de nuit. Il y a un bus par jour à 19h.

Des touristes locaux à notre secours

Autant vous dire qu’à ce moment là (il était 2h du matin…), on avait des envies de meurtre! Pour se calmer on decide de se poser sur un des stands et de commander un café pour faire le point sur nos options. Impossible pour nous de patienter jusqu’au lendemain soir puisque notre avion n’allait pas nous attendre. Autre possibilité, chercher à joindre la côte Ouest de Sumbawa avec les bus locaux et arriver à temps! Pourcentage de chance d’y arriver quasi nulle. Et surtout, nous ne savions toujours rien de l’état de l’aéroport de Lombok qui était fermé depuis deux semaines et demi à cause de l’éruption du Rinjani.

night bedroom

Confortable hein?

Pendant qu’on avait cette discussion (contre)productive autour d’un café à 2h du matin, un groupe de touristes javanais qui avaient pris le même ferry que nous vint nous rejoindre. Et les voyant au téléphone essayant visiblement d’arranger quelque chose, je leur demandais ce qu’il se passait. Là ils me disent qu’ils souhaitent rallier Lombok (puis Bali et Java), qu’ils ont acheté un billet tout compris, et qu’ils sont coincés comme nous ayant raté le seul bus du jour!

nice place

1 étoile? Même pas…

Mais comme ils sont locaux, ils ont moins de problème que nous pour se faire comprendre, et pour raler quand ça le mérite. Donc ils nous ont proposé de se joindre à eux, et de venir passer le reste de la nuit à l’agence de voyage au coin de la rue, qui venait de rouvrir à 3h du matin pour leur offrir un toit en attendant un bus car ils ne pouvaient rien faire pour eux avant le lendemain matin! Pas le grand luxe (3heures de sommeil sur le béton), mais les javanais étaient vraiment super sympas avec nous et ils nous ont sorti d’un bien mauvais pas.

minibus at last

Chaud devant!

lunch break

A boire et à manger, enfin!

A 7 heures, il était temps d’organiser le reste de notre trajet. Une heure et demie plus tard et grâce à nos sauveurs indonésiens de la veille, une fois que le minibus était lavé de fond en comble et rempli de passagers, on s’est enfin mis en route armé de patience et de quelques snacks pour les longues heures de routes défoncées qui nous attendaient. Mais le bus était en parfait état, et bien confortable…jusqu’au moment où la clim’ est tombée en panne, et qu’on s’aperçut qu’il n’y avait pas de fenêtre dans le bus, (à part pour le conducteur)! C’était un vrai four! Irréspirable! Et même en ajoutant de l’eau de la rivière dans le système toutes les heures, rien n’y faisait. Finalement il pris la décision de rouler comme un taré jusqu’à la ville de Sumbawa Besar (5 heures de route au lieu de 7) et réparer sur place. Complètement déshydratés et en nage, on a supplié pour avoir un verre et quelque chose à se mettre sous la dent. Ils nous ont emmené au resto dans un autre bus (avec la clim) et après 4 sprite et deux bouteilles d’eau, on a vu notre bus revenir avec une clim réparée. Hourra! Plus que 7 heures de voyage.

Une fin épique!

Au final, on parvint avec un dernier ferry, puis un dernier bus à Mataram vers 22h30, sans avoir réservé un quelconque hotel, mais en ayant vécu une bonne aventure à nouveau. Nous étions trop épuisés pour continuer la soirée avec nos nouveaux amis, donc on partit direct pour la guesthouse la plus proche sur notre carte et on y passa une très bonne nuit! Le lendemain, l’aéroport de Lombok ayant rouvert la veille, on put tranquillement passer à autre chose, c’est-à-dire quelques jours de luxe à Kuala Lumpur avant de filer vers la Birmanie.

air asia

Bye bye Indonesia

eruption rinjani

On a ADORE l’Indo et même quelques semaines plus tard, alors qu’on était en vadrouille ailleurs, l’Indonésie nous manquait et on reminiscait assez souvent sur nos aventures dans ce pays fabuleux.

On a d’ailleurs déjà décidé de notre itinéraire pour notre prochain voyage en Indo: Flores, Sulawesi et Papua au programme!

7 reflexions sur “Plonger au coeur des Komodo

  1. Avatarmam

    pour votre futur voyage indonésien il faudra prévoir un moyen de transport sûr. peut être faire suivre une « vespa . Ah Ah Ah !

    que de beaux souvenirs emmagasinés

    à bientôt au prochain reportage.

  2. AvatarGaël

    C’est bon je me jette à nouveau dans la lecture de votre voyage.
    Il donne vraiment envie et mais reprise est encore plus dure!!

    Vos pages sont toujours aussi bien et je vais enchainer vos récits.

    a+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!