TOOL TRIP

Cerceuils et spéléo à Sagada

hanging coffins

En route pour Sagada

Après avoir triomphé de notre trek dans les montagnes de Banaue et Batad, nous avons mis le cap sur Sagada. Pour faire ce trajet, il faut s’armer de patience, surtout quand on décide de le faire à l’économie. D’abord il faut savoir que la jeepney ne part pas du parking avant d’être pleine, ce qui dans notre cas a pris deux bonnes heures. Ensuite il ne faut pas avoir le mal du voyage car la route est en lacets et le chauffeur s’appelle Sébastien Loeb. Mais la vue sur les montagnes est impressionnante et sous un soleil radieux l’effet est encore meilleur. Pour nous récompenser (j’imagine) de ne pas avoir été malade dans son jeepney, le chauffeur s’est même arrêté par deux fois sur des points de vue pour qu’on en prenne plein les yeux (et l’objectif!). Effet garanti…

eveything-happen-for-a-reson

Deux heures plus tard nous étions à Bontoc, où nous souhaitions visiter le musée de la Cordillère qui dixit le Lonely planet est très intéressant. Manque de chance, c’était l’heure de la pause déjeuner. On en a donc fait autant puis on s’est décidés à zapper le musée pour continuer notre route vers Sagada. En effet, il fallait à nouveau attendre qu’une jeepney se remplisse (avec au moins 10 personnes sur le toit!) avant de repartir et faire les 18 derniers kilomètres en une heure et demie, la faute à une boite de vitesse décédée. En plus de ce calvaire routier, nous avions comme voisins les israéliennes rencontrées lors du trek à Batad (et qui n’avaient pas payé de guide mais qui demandaient constamment leur chemin) qui ne faisaient que se plaindre et qui nous tapaient sur le système.

Pour couronner le tout, arrivés enfin à Sagada, elles ont tenté de s’éclipser sans payer le chauffeur de jeepney!!!!! On avait rencontré certains voyageurs moins sympas que d’autres mais là c’était le pompom! Tout le monde dans la jeepney était outrés d’un tel comportement (qui s’est reproduit à maintes reprises avec ces gens-là) et il a fallu que je hurle sur le chauffeur pour qu’il leur court après et réclame son dû: 0,80€!

Des comportements comme ça c’est écœurant et en le constatant plus d’une fois c’est pas toujours facile de rester impassible. Mais comme dirait Sophie, everything happens for a reason donc je suis persuadé que ce mauvais karma se retournera très bientôt contre elles!

non-il-n-y-aura-pas-de-bouton-j-aime-pas

Bien échaudés par ces abrutis, nous partimes à la recherche d’une guesthouse, mais avouons-le après une heure et demie de recherche infructueuse, on était rendus à l’évidence : c’était tout complet partout, c’était vendredi soir, les trois quarts des habitants de Manille avaient reservé une chambre, c’était la mouise.

Et puis Sophie a fini par dégoter un logement caché au fond d’une cour, beaucoup trop cher pour nous mais à 1600 mètres d’altitude on dormirait mieux sous un toit que dans le caniveau. Les propriétaires semblaient aimables, les plats n’étaient pas mauvais même si sur chaque note ils essayaient de m’arnaquer de quelques euros, j’avais l’oeil. On y passa deux nuits, le temps de laisser les hordes de Philippins rentrer chez eux après le week-end et de trouver une autre chambre à moitié prix. Vous voulez savoir ce qui nous refroidit à vous recommander cet endroit?

Deux jours après être partis de la chambre, le mari de la responsable nous aborde avec véhémence alors qu’on était en train de se renseigner sur les horaires de bus à l’office du tourisme. Il nous crie dessus en disant qu’on n’a pas payé notre facture! On lui a vite dit de se calmer, en lui disant qu’on avait réglé le premier soir les frais pour les deux nuits mais il ne voulait rien savoir. Comme il voulait rien entendre, il nous a forcé à traverser tout le village pour aller parler à sa femme pour s’expliquer. Pas de problème, c’est parti si il y a un souci on appelle la police et on verra bien. En arrivant au café, on fonce direct sur sa femme en lui disant qu’il faut calmer son mari et que s’il y a un souci on prévient la police. Cette débile sans vraiment s’escuser de ce comportement excessif nous dit qu’on n’a pas « checkout » le matin où on a changé de logement et qu’elle n’avait pas compris qu’on était partis!!!! En s’apercevant de l’absurdité des accusations de son mari, elle a fini par s’excuser mais on peut vous dire que ça nous a servi de leçon: depuis on ne paye plus jamais plus que la première nuit quand on reste au même endroit plus longtemps, ou alors toujours en exigeant un reçu signé.

L’aparté sur les business locaux est terminée, on va maintenant pouvoir vous raconter ce qu’on a fait à Sagada!

selfie start

Des balades à l’air pur

En plus d’apprécier l’air frais et pur une fois la nuit tombée, nous nous sommes promenés à pied dans les environs. Nous sommes allés voir la fameuse cascade au nord du village: une mascarade, ça ressemblait plutôt à un pédiluve qu’à une cascade mais bon. Nous sommes allés voir le point de vue Kiltepan surplombant la vallée jusqu’à Bontoc. Suivant uniquement les indications sur maps.me, on a un peu galeré car le chemin n’est pas du tout balisé mais on a fini par trouver. Ce point de vue est très connu ici pour admirer le lever du soleil. Mais 90% du temps, la vallée est recouverte d’une épaisse brume qui gâche le paysage. C’est pourquoi on avait décidé de le faire en pleine après midi pour y voir clair! Et voilà ce que ça donne. Bon à part le fait que Sophie a failli tomber dans le ravin en s’accrochant la chaussure aux barbelés on a bien apprécié cette balade, durant laquelle on n’a pas croisé âme qui vive.

kiltepan viewpoint

Le point de vue de Kiltepan

Hanging coffins =attrape-touristes

Enfin pour finir cette première journée on voulait aller voir les fameux « hanging coffins », ces tombeaux suspendus à flanc de roche. Une fois n’est pas coutume, il fallait payer un guide pour accomplir les insurmontables 500 mètres qui séparent le village du site. Et là on dit non, c’est une blague, on veut bien faire vivre l’économie du coin mais 4€ pour 500 mètres c’est de l’arnaque, surtout qu’en lisant un peu les blogs on savait que quelques mois auparavant c’était gratuit. Et surtout quand le guide est inutile et que la femme derrière son pseudo comptoir d’accueil n’est pas aimable pour un sou.

coffins

Les cerceuils suspendus

Bref pour repenser notre plan d’attaque pour le lendemain, rien de tel qu’un bon repas dans un resto qui ne paye pas de mine. On a trouvé notre bonheur au Bana cafe qui n’est pas hors de prix, où le service est excellent (ils annoncent la couleur sur une pancarte en prévenant les clients que ce n’est pas un fast-food donc il faut patienter pendant qu’ils préparent le plat même si ça ne prend pas trois heures), et une fois servis on se rêgale! Ça nous changeait de tous les endroits où après avoir attendu une demi heure le serveur vient pour prendre commande mais t’annonces qu’ils n’ont plus les trois quarts de la carte disponibles. Ou des adresses où pour 6€ tu te retrouves avec un misérable morceau de poulet plein d’os et sans viande.

lemon pie house sagada

La tarte au citron, un régal made in Sagada

Revigorés nous avions décidé d’aller voir les hanging coffins par nos propres moyens le lendemain et de faire la découverte de la grotte le surlendemain.
Avant de vous parler de ces cerceuils, on voulait juste vous dire qu’il y a une spécialité de Sagada qu’on a vraiment apprecié : la tarte au citron! On en vend un peu partout et pour nous chaque matin c’était un rituel de s’en offrir un morceau après avoir avalé un petit-déjeuner. Un vrai régal.

lemon pie sophie

On se refuse rien aux Philippines

sagada trees

Après une bonne tarte au citron, nous sommes donc partis pour une balade digestive et matinale dans la campagne environnante. Personne à l’horizon pendant des heures, peu de motos ou de voitures, un ciel dégagé parfait pour respirer l’air pur. Et malgré le fait que le point de vue attendu à l’arrivée n’était en fait pas vraiment un point de vue (ou bien c’est le gps qui se trompe), et si le lac censé être bleu azur était orange comme un Fanta, on s’est offert une bien jolie promenade.

yellow lake jm

Qu’est ce qui lui arrive au lac?

sagada river

Les hanging coffins par nos propres moyens

Une bonne introduction avant d’aller voir les cerceuils. C’est donc par un escalier caché derrière une station essence qu’on a trouvé le chemin emprunté chaque jour par des dizaines de groupes gentiment guidés par les mecs de l’office du tourisme local.

underwater sagada

La rivière souterraine

En avant d’arriver au fameux site, il y a une mini rivière souterraine qui passe dans une mini grotte, rien de bien spectaculaire et puis au bout de 10 minutes on aperçoit un rocher avec une dizaine de cerceuils délabrés accrochés sur un pan de la roche.

hanging coffins

C’est très photogénique mais assez hallucinant que toute l’économie touristique de la région soit fondée sur ce truc là! Et le plus dingue c’est que sur le trajet tous les gens qu’on a croisés n’étaient pas rassurés de nous voir se promener tout seuls… Pas d’inquiétude on ne va pas se perdre sur un chemin aussi bien balisé !

sagada rocks

Vous les voyez les cerceuils?

steps sagada

soph sagada under

En route pour les entrailles de la Terre

Ne souhaitant pas quitter Sagada sans avoir fait les immanquables nous nous sommes inscrits pour trois heures de spéléologie dans la Sumaguing cave, la grande grotte du coin. Nous avions mis notre nom sur une liste espérant être rejoint par d’autres voyageurs mais c’est finalement tous les deux accompagnés de notre guide que l’on descendra à plusieurs dizaines de mètres sous terre. Arrivés sur place, on nous donne une lampe chacun et c’est parti pour la découverte des entrailles de la Terre.

jm cave

cave soph happy

On a eu la chance d’avoir presque toute la grotte pour nous tout seuls à part trois philippins qui n’arrêtaient pas de se casser la figure et avec qui on a bien rigolé, c’était open grotte.

cave family

Les locaux pas rassurés

Apparemment le weekend c’est tellement blindé qu’on se croirait sur le périph à touche touche et il faut plus du double de temps pour faire la visite. Pas très passionnant. Nous on a pu prendre quelques photos pas mal sans avoir le flash de quinze autres personnes au même endroit en même temps, un privilège bien appréciable.

soph cavecaving jm

cave water

Des formations rocheuses dans la grotte

cave dark jm

cave shapes

Après une bonne heure à crapahuter et à admirer les formations rocheuses et les reflets de l’eau sur les parois de la grotte, on est sortis de là trempés mais heureux.

cave selfie

On est trempés!

Voilà une bonne façon de terminer notre séjour dans la région montagneuse du nord de Luzon.

cave dream team

Notre guide était encore plus trempé que nous…

Nouvelles aventures, nouvel archipel

Et à peine quelques heures plus tard, nous attendait notre bus qui allait nous ramener sur Baguio, d’où on rejoindrait de nuit Manille pour prendre l’avion pour Palawan. Et bien le trajet entre Sagada et Baguio que nous avons eu la chance de faire de jour est l’une des routes les plus impressionnantes que l’on ait jamais vu: c’est la route la plus haute du pays avec plus de 2600m d’altitude au plus haut point, et est fortement déconseillée aux gens qui ont peur du vide. On passe plus de 6 heures au bord du précipice mais la route offre des panoramas uniques sur les vallées environnantes. La cerise sur le gâteau pour clore ce chapitre Luzon de notre passage aux Philippines.

cave forms 2

Le gâteau au chocolat

2 reflexions sur “Cerceuils et spéléo à Sagada

  1. Avatargps.

    tout y est !

    arnaques, ombres myrteux, descente au monde souterrain cher aux Grecs et Romains, clin d’oeil à l’Erèbe puis, dans la même veine, aux Champs Elysées, séjour heureux des âmes vertueuses, pour y goûter et apprécier la tarte aux citrons…

    passionnant !

    autrement dit, et comme on dirait à Sainté, fouilla belet,
    si les patrons revenaient…!!

  2. Pingback: Palawan Puerto Princesa et Sabang | TOOL TRIP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!