TOOL TRIP

San Gil, du rafting du parapente et le village de Barichara

barrichara-street

Vamos a San Gil!

Cette nouvelle étape commence une nouvelle fois par un long et éprouvant trajet, qui nous mènera de la Guajira à l’état de Santander plus au sud du pays. Et même si à vol d’oiseau il y a à peine plus de 600 kms on a dû en parcourir quasiment 1000: Cabo, retour à Uribia, puis Riohacha, puis Santa Marta à l’ouest de la côte Caraïbes. Là bifurcation vers le sud direction Bucaramanga, et enfin, plus de 24 heures plus tard nous voici débarqués à San Gil, la capitale colombienne des sports extrêmes. Ici on vous propose pas mal d’activités pour tous les goûts: du VTT de descente, des balades en cheval, du saut à l’élastique, du rafting, des cascades, des caves souterraines, des treks et du parapente. Autant dire qu’il n’y a pas de quoi s’ennuyer, on a même rencontré des gens qui sont restés trois semaines uniquement dans la région de San Gil.

Pour nous le choix est fait: ce sera rafting puis parapente pour plusieurs raisons: c’est pas cher! Le rafting est d’un très bon niveau et le parapente se fait dans l’un des spots les plus extraordinaires du monde, de l’avis de tous, donc un bon moyen d’avoir un premier aperçu de cette activité nouvelle pour nous deux.

On s’installe donc pour quelques jours à l’hostel El Papillon tenu par un couple suisso colombien (et leurs enfants) super sympa, où il est très facile de faire des rencontres, ici c’est un vrai QG de tourdumondistes!
Décor planté, on ne vous fait pas plus attendre, voici en détail nos deux journées sensations fortes passées à Santander!

CAMERAC’est parti pour 2 heures de fun

Rafting un jour rafting toujours

Commençons par le rafting: on est passés par l’agence Colombia Rafting qui a vraiment été top du début à la fin. Pour une poignée de pesos (130000 par personne soit 38€ environ) ils vous prennent en charge du début à la fin et sont super pros. A partir de San Gil il y a un peu plus d’une heure de trajet en van pour rejoindre le point d’entrée de la rivière, qui peut varier en fonction des conditions. Si l’eau est plus ou moins haute dans la rivière, ils prennent cela en compte et modifie le départ (voire annule si c’est trop carnage). Nous on est partis vers 9h30 de l’hostel et à 10h45 on était en train d’écouter les encadrants nous prodiguer les quelques conseils à suivre sur l’eau. Et à voir la force de la rivière on peut vous dire que tout le monde écoutait, certains n’étaient d’ailleurs pas trop rassurés.

CAMERAEntrainement sauvetage

Mais l’équipe parcourt tous les cas de figure – un tombe à l’eau, 2, le radeau se retourne, on se coince un pied sous un rocher, etc…. – et il y a un des guides qui est à part dans son kayak lui et gère les problèmes s’il y en a. Une fois le cours théorique assimilé, on se met à l’eau et on fait quelques exercices: on écoute les consignes, on pagaie avant, on pagaie arrière, on saute dans le raft, et on fait une simulation de sauvetage. Assez sympa mais maintenant place à la rigolade!

CAMERA

Rapides de niveau 3…direct dans le bain

Ça envoie le rafting en Colombie

Et sans attendre nous voilà lancés à pleine vitesse dans les premiers rapides, la sortie en comptant pas moins d’une vingtaine. Les sensations sont là je me retrouve au poste avant en tant que capitaine au début et je suis plus souvent sous l’eau qu’en l’air. C’est vraiment super bonne ambiance. Notre guide Saviani est vraiment à fond et tout en maîtrisant ce qu’il fait nous en fait profiter au maximum. Jugez plutôt.

CAMERA

Baaaaaaaaaaaaaaaaaaam

CAMERA

Sauvetage de naufragés

Bon et comme ce n’est pas que de la descente de dingue tout le temps on se jette aussi à l’eau quand le courant n’est pas trop fort et on tente des figures plus ou moins réussies…

CAMERA

Stylée

Salto arrière de travers...

Salto arrière de travers…

Sophie trop excitée finira même tête en bas au fond du raft lors d’une séance photo mal contrôlée! Et vous l’aurez compris, ce qui est aussi inclus dans le forfait rafting c’est les photos que prend Saviani depuis sa gopro. Ayant donné notre adresse mail à l’équipe, ils nous donnent un lien à la fin de la journée où on peut télécharger les souvenirs de cette pure journée. Bien cool sachant que dans beaucoup d’autres pays c’est un (gros) supplément pour avoir ces précieux fichiers.

CAMERA

Les quatre fers en l’air

CAMERA

Prêts?

CAMERASautez!

CAMERADream team dans la rivière

CAMERA

Petite pause à mi-parcours

Bref vous l’aurez compris on a passé 2 heures avec la banane, comme des gamins et avec un team de choc! Merci encore à tous et à notre guide qui nous a régalé.

CAMERA

Niveau 4 tout le monde est détrempé

CAMERA

Tout le monde est encore là

CAMERA

Soph tout sourire

CAMERA

Trop trop content

CAMERA

Gracias Saviani t’es le meilleur!

En sortie de rivière on a été gâté avec un repas et une bonne bière bien méritée, et pour couronner le tout on a même récupéré un petit film d’un ou deux rapides bien sympas. Regardez!

San Gil rafting level 4 from tool-trip on Vimeo.

Passons maintenant directement aux choses sérieuses c’est-à-dire à la séance de parapente qui nous était réservée pour le deuxième jour.

chicamocha-panorama

Le panorama de Chicamocha, à couper le souffle

Fenixtreme parapente porte bien son nom

Très satisfaits de la compagnie de la veille on est passés également par eux pour réserver le parapente. Ils nous ont fait un package pour les deux activités donc on s’en est tirés seulement pour 140000 pesos par personne (42€) pour 1/2 heure de vol (plus 2 heures de route) ce qui est ridicule comparé aux tarifs qu’on peut trouver en Europe par exemple. La seule chose à savoir est que les gens qui font le parapente s’appellent Fenixtreme mais sinon c’est les mêmes (bureaux voisins dans San Gil). On embarque donc dans le van avec tout le matos les guides et trois autres couples. Petite halte à mi parcours pour nous faire admirer le point de vue: le canyon de Chicamocha est immense, plus de 20 kilomètres de long et est profond de près de 2kms (plus que le grand canyon aux USA). Et nous on va voler au dessus!!!

parapent-jm-and-soph

Grande première pour tous les deux

Une heure plus tard on arrive donc au spot et c’est vrai qu’il est dur de faire mieux: en plus aujourd’hui c’est dégagé, on va pouvoir ouvrir en grand les yeux et faire le plein de souvenirs. A partir de là c’est assez simple: Soph passe en premier (ce n’est pas de la couardise mais honneur aux femmes!), notre guide (dont j’ai malheureusement oublié le nom) nous fait un topo très bref.

guide

Seule grosse explication: si vous êtes malades, prenez le sac et penchez la tête!

Sac à vomi!

En gros il n’y a rien à faire à part courir comme un fou au décollage. Ah et si info de très haute importance: en cas de mal de mer/montagnes, prendre le sac dans la poche à gauche l’ouvrir le placer sous le menton baisser le tête et prier! Haha on se marre mais on espère que ça nous arrivera pas…

soph-excited

L’excitation monte…

L’équipe met donc en place l’aile sur la piste de décollage, Sophie se prépare aussi avec ce qui est en fait un gros pouf avec plein de billes dedans pour amortir atterrissage pour le dos, un casque pour la tête (à quoi ça sert?) et la gopro pour immortaliser tout ça.

landing-pist

La piste de décollage

soph-bin-bag

getting-ready-soph

Tout est prêt, le saut se fait dans le vide derrière le guide au fond

Moi pendant ce temps là je mitraille à tout va, et c’est parti les mecs lèvent l’aile, Soph se met à courir dans la pente et 2 secondes plus tard elle plane au dessus du canyon! Vu du sol c’est assez fantastique, imaginez ce qu’on ressent là haut!

kite-up

Aile Ozone, made in France, on se laisse faire

take-off-zone

On court on court on court

take-off-soph

Et c’est parti pour le grand saut

Chicamocha dans toute sa splendeur

Et ce sera comme ça pendant plus de 30 minutes…. Particularité de ce spot, les courants ascendants quasiment tout le temps présents sur la zone permettent au vol d’être ascensionnel et donc d’atterrir au même point que le décollage. Et surtout le vol peut se faire jusqu’à 1000m au dessus de nos têtes!

soph-flying

soph-flight

C’est pas le paradis ici?

soph-sky

Pas un nuage dans le ciel, et une aile…

soph-entire-canyon

Sensations garanties au dessus du 2e canyon le plus grand du monde

En tout cas une demi heure plus tard c’est tout en douceur que Soph réapparaît sur le plancher des vaches, un immense sourire aux lèvres. Super contente, pas de nausées, que du bonheur!

soph-delighted

Retour en douceur, bonne humeur garantie

Maintenant c’est mon tour de s’y coller. Même rituel, mêmes gestes pour se préparer et en moins de temps que le dire c’est parti on décolle.

jm-shaka

C’est mon tour, les plus lourds passent en second

jm-getting-ready

Arnaché, je prends la pose

Je cours tellement fort que sur la photo j’ai une allure de missile en mode Superman! Et direct on se met à tourner en toupie pour gagner de l’altitude…

jm-take-off

SUPERMAN

soph-amongst-others

Et voilà…30′ de vol inoubliable

De l’avis du pilote on atteindra 800m au dessus du parking soit 2300m au dessus du niveau de la mer! Pas mal la vue de la haut!

Et autant Soph est apparemment restée tranquille à apprécier le moment autant moi j’ai pas pu m’empêcher de parler pendant une demi heure. Avec mes quelques mots d’espagnol mais c’est suffisant pour se faire comprendre quand on est là haut.

where-is-charlie

Où est Charlie? 800m au dessus du sol, 2300m au dessus du niveau de la mer

Et avant de redescendre j’ai subi une petite séance de freestyle: le pilote me dit tu veux essayer le fun? Je réponds oui (j’étais au courant qu’ils proposent ça à la fin du vol) et là c’est parti, on se cale sur un angle improbable et on fait 8 loopings de suite… Sueurs froides garanties! J’ai tenu le coup et j’en suis pas peu fier. Le lien de la vidéo est ici.

jm-landing

Attérrissage forcé…mais qu’est ce qu’on se marre!

On a rigolé jusqu’au bout puisque l’atterrissage fut un peu plus mouvementé pour moi que Soph, une fois par terre je me suis retrouvé sur la tête avec le guide derrière et tout le monde qui me demandait si ça allait! Mais oui ça va super! Merci encore à l’équipe de Fenixtreme qui nous a permis de vivre cette expérience incroyable. Le top!

Barrichara une merveille du monde
barrichara-street

Bienvenue à Barichara

Dernier arrêt dans l’état de Santander pour nous était bien différent  des deux épisodes sportifs précédents car on avait décidé d’aller faire un tour dans le village romantique de Barichara. Un des plus beaux villages qu’on a été amené à visiter pendant ce voyage.

tuktuk

Tuktuk colombien!

bougainvilliers-street

Les bougainvilliers sont partout

Ici le décor est simple: un village perché à 1 heure de San Gil, qui ressemble plutôt à un décor de cinéma qu’à un endroit réel. Toutes les rues sont pavées, tous les toits sont faits de terracotta, une couleur magnifique, des fleurs un peu partout, très peu de voitures, le rêve quoi…

barrichara-street

Différentes rues du village

back-street

toits

Des perspectives hallucinantes

soph-soldat soph-hold-up resto-craft

old-local

Un local se promène

mille-pattes

flower

La nature règne, peu de voitures dans Barichara

C’est pour cela qu’on a décidé d’y venir par deux fois, une première fois juste à se balader dans les rues, à s’arrêter à chaque coin de rue, sur chaque place.

graveyardvitrail
flower-street

fav-streetVue artistique de ma rue préférée

barrichara-fav-street

Une bonne demi heure pour la prendre celle-là

barrichara-roofs barrichara-churchPetit délire photographique

churchL’église, sans jeu de lumière
church-inside

night-street

Barichara la nuit c’est aussi magnifique

canyon-panorama

Vallée du Rio Negro (celui qu’on a descendu en rafting!)

Une promenade royale

Et la seconde pour faire la promenade qui mène de Barichara à Guane, sur le sentier appelé Camino Real, un tronçon d’une dizaine de kilomètres de la voie royale qui traverse une campagne vraiment tranquille.

camino-real-soph

C’est parti pour les 10kms du Camino Real jusqu’à Guane

camino-real-tree

camino-real-grassyUne promenade super tranquille

On a à peine croisés deux groupes de personnes en deux heures, quelques vaches, quelques oiseaux et bien sûr comme partout des chèvres. Et même si en arrivant sur Guane on a pris une petite pluie fine, c’est vraiment une belle surprise que d’arriver sur un village encore plus tranquille que Barichara et encore plus authentique.

camino-soph

guane-roofs

Les toits de Guane

La tranquillité sereine

Ici juste quelques rues, une place principale avec une église, des paisas coiffés du sombrero colombien, et une atmosphère à part, difficile d’imaginer ici qu’on est sur la même planète qu’en Europe…

guane-white-cobbles

Les pavés de Guane, différents de ceux de Barichara

guane-street

guane-hombre

Des soucis? Ou juste la tête ailleurs?

guane-church

L’église de Guane

dusk-valleys

Les montagnes de la région au coucher du soleil

En tout cas pour nous un vrai bonheur avant de mettre le cap sur l’état de Boyaca plus au sud et de découvrir les dernières surprises que nous réserve ce tour du monde.

la-guanerita

4 reflexions sur “San Gil, du rafting du parapente et le village de Barichara

  1. AvatarFamille Duchaine

    Madre de dios… Que d’émotions ! Vous avez le cœur bien accroché. Pour le coup, je vous admire de vous être lancés dans cette course de rapides et de vous être envoyés en l’air à une telle altitude mais les paysages en valaient vraiment le coup ! Bravo Sophie, bravo Jean-Max.
    Et que dire des villages tellement bien mis en valeur par les photos qu’on les dirait peints.
    Bon ben, je crois savoir où nous partirons un de ces jours 😉👍.
    Bises à tous les deux.

  2. Avatarmam

    Oulala que de frissons !!!
    Je n’ai pas eu besoin de prendre un petit  » remontant  » après la vidéo rafting mais si la kopro avait filmé ton atterrissage je pense qu’il m’en aurait fallu un.

    Que de belles choses vous nous avez encore fait partager dans ce nouvel article.

    Merci encore, j’espère que ce n’est pas le dernier, car ça va me manquer. Bises

  3. Avatargps.

    et dans ce Tool Trip, en plus du poids des mots et du choc des photos, voici maintenant, à l’instar des aventures extraordinaires de Tintin, Mr West, Adèle Blanc-Sec, Cervantes etc…, celles de Sophie & J.M….
    eh bein !!!
    comment s’étonner après tout cela, que le retour à la grisaille quotidienne, et hexagonale, paraisse bien terne…
    of course…
    mais comme disait l’autre, patience…car vous sentez bien, globe-trotteurs veinards que vous êtes, qu’il y en aura encore plein d’autres…
    et pour notre plus grand plaisir !

  4. Pingback: Mongui et le paramo de Oceta | TOOL TRIP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!