TOOL TRIP

Sardines et canyoning à Moalboal

JM and soph canyoning

Bienvenue aux Philippines!

Enfin! Depuis le temps que l’on voulait voir ce que nous réservait ce pays de notre propres yeux… On y est! Depuis plus de 8 ans que l’on avait sympathisé avec quelques philippins sur les bateaux de la mer du Nord avec leur sourire éternel et leur gentillesse, on va s’immerger dans cette bonne humeur pendant deux mois. Et on a hâte de vous donner nos premières impressions.

Un pays gigantesque

Afin d’optimiser notre temps sur cet archipel monstrueux de plus de 7000 îles, on a choisi d’attérir en premier sur Cebu pour profiter à fond de la région des Visayas, puis de passer une dizaine de jours sur Luzon, pour finir en beauté avec Palawan avant de quitter l’Asie par Manille. Bon c’est ambitieux en 8 semaines, ça parait même un peu précipité mais on a quand même besoin de se faire une vision d’ensemble du coin avant de passer à autre chose dans le Pacifique. Et puis on verra bien, ce n’est qu’un programme imaginé et il est par définition amené à être chamboulé.

Lets go to the philippines

Escale à Hong Kong

En pratique, notre arrivée à Cebu ne fut pas trop compliquée, en venant depuis Bangkok avec une escale d’une nuit à Hong Kong et un vol bien pourri vers Cebu car les turbulences résultant du reste du typhon de catégorie 3 de la veille se faisaient encore sentir. Mais à part ça, l’immigration ne fut qu’une formalité (et gratuite pour 30 jours!), et sortir de l’aéroport pour se diriger vers notre endroit préféré le terminal de bus ne fut pas trop un calvaire. Une heure de bouchons max, par rapport à ce que l’on craignait ça passe encore.

Notre premier incontournable sur cette île de Cebu (dont la capitale porte le même nom) était Moalboal, un petit village de la côte Ouest connu pour ses eaux remplies de sardines et ses gorges alentours pour faire du canyoning. Quelques heures de route à peine de l’aéroport et pas mal de perspectives intéressantes. On a donc pris le bus Ceres depuis le terminal: une compagnie qui règne dans tous les Visayas j’ai l’impression avec le choix entre bus climatisé ou non et dont la fréquence est assez confortable pour beaucoup de destinations.

Dans notre cas, rien à signaler vraiment sur le trajet, à part la beauté des paysages: ce qu’on voyait était tout simplement l’image qu’on avait pu se faire des Philippines en préparant un peu le voyage. Des routes bordées de palmiers, de cocotiers et autres plantes tropicales, des iles volcaniques très très vertes, et des points de vue mêlant vallons de cocotiers, rizières et une mer turquoise. Bref on avait la banane dans le bus!

Arrivés à Moalboal, on a voulu prendre notre premier tricycle, la version philippine du tuktuk mais comme les prix pratiqués n’étaient pas de à notre goût on est partis derrière deux scooters (haba-habal) vers Panagsama beach, qui rassemble tous les resorts de Moalboal à 4 km de là les pieds dans l’eau. Et comme nous avions aucune idée de guesthouse nous avons suivi les conseils de nos pilotes et on s’est arrêtés chez Yvonne Apartelle où on a passé un vrai bon moment. L’accueil était au top, et l’endroit coloré la chambre propre, basique mais confortable. Idéal pour passer quelques jours et se faire au nouveau pays hôte.

Yvonnes apartel

Yvonne Apartelle

Et c’est pas tout puisque les conducteurs de mototaxi connaissant des amis qui organisent des trips aventures dans les gorges du coin de Kawasan nous ont proposé une demi-journée de canyoning. Comme on en avait lu que du bien, on a de suite dit oui, après une rapide séance de marchandage qui nous a quand même permis de payer 5 fois moins cher que le prix requis par la société qui règne sur ces activités (60$ par tête). Le planning des prochains jours était donc un peu cadré: canyoning, lendemain plongée, ensuite plage et cap au sud!
Bien contents de notre planning, on s’est mis en quête d’un club de plongée pour planifier la journée du lendemain. On avait lu partout que Moalboal était le spot où les centres étaient les moins chers des Philippines. Et bien c’était le choc pour nous de voir que chaque plongée coûtait 30€. Qu’est ce que ça allait être dans les autres coins du pays!!! Heureusement on a fini par trouver un centre un peu mois cher, Neptune, pas méga accueillant (ils sont scandinaves donc ça fait une différence avec les locaux!) mais rendez-vous était pris pour le jour suivant.

End of canyoning

Matinée sensations fortes

Lendemain matin au réveil, grosse motivation pour les cascades et les sauts dans la rivière. Pour bien commencer on s’empiffre comme il faut chez Yvonne et on grimpe à 8h dans un tricycle qui nous amène à une vingtaine de kilomètres de là. On arrive devant une maison qui ressemble à un arrêt de bus un peu louche et on nous fait enfiler casque, gilet de sauvetage et bottines en caoutchouc. Tout du matériel dernier cri… de 1970! Mais on s’en fiche ça va être au top de le faire avec un guide qui parle pas un mot d’anglais (qui est aussi notre chauffeur de tricycle) et un gilet de sauvetage qui se declique dès qu’on tire dessus. Pour rejoindre le début des gorges on a fini le bout de trajet à 3 sur une moto et notre guide a dû débourser trois fois un petit billet pour les quelques locaux qui font payer une taxe environnementale…pendant ce temps-là on a du remplir trois listings avec nos noms notre age et notre nationalité aux check points désignés.
Mais une fois les formalités terminées on a passé les trois prochaines heures à glisser, grimper, sauter, nager et rigoler! Tout ça dans des gorges spectaculaires, la couleur de l’eau était assez irréelle et la gorge est au milieu de la jungle. Après les hésitations habituelles de la prise de contact, notre guide était très attentionné mais toujours motivé pour nous faire plus sauter ou aller ici et là. On a croisé quelques autres groupes sur notre passage, avec à chaque fois une dizaine de touristes ce qui nous paraissait un peu trop car nous on était en mode privé tous les 2!

Soph shower

Sophie de retour en enfance

Après une première partie de parcours où les sauts ne dépassaient pas les 5 mètres on a changé de catégorie: le premier des sauts était d’un bon 10 m de haut et on devait courir pour éviter les obstacles en bas! Ce qui veut aussi dire qu’on ne voyait l’eau qu’une fois en l’air. Sensations garanties! Et juste après que notre guide nous montre comment faire c’était au tour de Soph de se lancer dans le vide, et elle s’est pas démontée!!! La preuve en images. J’adore la petite pause avant de sauter et le cri en l’air… Moi je me sentais rajeunir de 15 ans, et quand le guide m’a proposé de grimper en haut de l’arbre pour sauter du bout de la branche 2m50 plus haut j’ai dit de suite banco!!! Alors désolé pour la qualité des images mais vous pouvez quand même avoir une idée de l’éclate qu’on s’est payé.

Stress et gros Jump aux Philippines from tool-trip on Vimeo.

Le meilleur pour la fin!

Dernier morceau (et quel morceau): le saut de 13m qui permet d’arriver dans une sorte de piscine naturelle et qui clôture la séance kamikaze. Honnêtement celui-là il faisait bien peur, surtout que tout le monde ne fait que passer et choisit le petit chemin par derrière qui permet d’arriver gentiment en bas. Mais nous on n’est pas des poules mouillées! Le guide une fois de plus nous a montré la voie, et on a eu avec Sophie l’impression qu’il était en apesanteur pendant de longues secondes. Bon on verra bien en bas si on est encore en un morceau! Une fois de plus Sophie s’est lancée d’un coup, vraiment impressionnante et je crois qu’à l’arrivée elle était super fière de l’avoir fait! Bravo en tout cas car c’était un énorme jump comme à l’anse San Peyre à Toulon. Pour vous dire quand je me suis retrouvé 13 mètres plus bas j’ai senti que ma cheville n’avait pas trop apprecié le contact brutal avec l’eau. Aïe ça brûle.

Bien contents de nous, on a finit la balade par un stop à la cascade Kawasan, un spot très populaire et bien connu des touristes de Moalboal. On peut nager tranquille et même passer derrière l’énorme cascade c’est sympa. On recommande vraiment à tout le monde qui passe dans le coin de ne pas rater cette journée canyoning. Et même si ce n’est pas le canyoning à l’européenne, on n’avait pas de harnais de corde et de piolets, on s’est régalés à sauter, glisser et plonger dans ce décor magique.

Moalboal fun from tool-trip on Vimeo.

Moalboal c’est aussi top sous l’eau

Prochain amusement: plongée à l’ile Pescador quelques kilomètres au large de Moalboal, notre première expérience sous-marine aux Philippines.
Malheureusement ça s’est soldé par un petit échec pour moi car pour la première fois depuis que j’ai commencé la plongée (en 2008), mes tympans avaient décidé de m’empêcher d’aller sous l’eau, peut-être conséquemment aux surpressions des sauts de la veille! Mais impossible d’égaliser la pression, donc plongée annulée pour moi. C’est pas très grave, j’ai quand même vu l’île Pescador et Sophie a passé un bon moment avec les poissons… Mais comme le reste du typhon guettait toujours et que le centre de plongée m’a demandé d’acquitter des frais incommensurables pour…rien, on en est restés là et on a préféré passer l’après-midi à nager au milieu des sardines. Ici rien de plus facile, quelques dizaines de mètres au large de la plage de Panagsama, il faut juste ouvrir les yeux et admirer les bancs de sardines qui tourbillonnent devant vous. Même avec un temps cataclysmique et seulement un masque et un tuba on en a pris plein les yeux.

Sardines of Moalboal from tool-trip on Vimeo.

Planifier la suite

Pendant notre séjour à Moalboal nous avions dans un coin de nos têtes une question qui trottait: où passer Noël? C’était super important pour Sophie qui allait passer son premier Noël loin de la famille (j’en avais déjà fait deux en mer du Nord!!!) et il ne fallait pas se planter sur le choix de la destination. Donc après s’être renseignés auprès des locaux et de quelques touristes, nous sommes tombés d’accord sur le planing suivant: passer quelques jours à Apo, puis foncer sur Siquijor pour Noël. Et après une après-midi et une nuit où on a vécu nos premières pluies philippines diluviennes, on a mis le cap sur les fameuses tortues d’Apo!

4 reflexions sur “Sardines et canyoning à Moalboal

  1. Avatarmam

    ah enfin quel plaisir de voyager de nouveau !!!

    tjs de supers commentaires et de belles photos et en plus des vidéos pour nous faire saliver mais aussi un peu trembler.

    j’attends la suite avec impatience car je n’ai plus de livre à lire . ah ah ah. !!!

    bises après le petit coucou sur WhatsApp.

  2. Avatargps.

    E-P-O-U-S-T-O-U-F-L-A-N-T !!!

    autrement dit, et dans un autre langage, zyva, t’as vu ça toi, un vrai truc de ouf !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!