TOOL TRIP

Semi marathon dans le désert de Tatacoa

Red desert sunrise hdr magic
Comme nous vous l’avions dit à la fin de notre article sur Bogota, nous commençons notre tour de la Colombie par le Sud en direction du fameux désert de Tatacoa. Après 6 heures passées dans le bus à s’acclimater tant bien que mal à la chaleur locale, nous voici débarqués à Neiva, capitale du département de Huila. Une fois au terminal de Neiva on sauta dans un pick up qui nous amena directement au désert pour moins de 5€. Le trajet prend une bonne heure et ça c’est en comptant que le pilote s’appelle Lewis Hamilton. Mais au moins il nous a déposé au camping direct, les Noches de Saturno. Comme la nuit était déjà tombée (18.30 il fait nuit noire), on a mis les frontales et planté la tente comme on a pu.
Tatacoa sign post

Bienvenue au Tatacoa!

Mars et Saturne au-dessus de nos têtes
Juste à côté du camping, il y a un observatoire astronomique puisqu’au milieu de cette plaine le ciel est magnifique. Et comme cette nuit était claire on en a profité pour aller admirer les étoiles. 10 minutes de marche plus tard et 10000 pesos en moins chacun on était en train d’admirer Saturne et Mars au téléscope. Génial! On a aussi eu une explication des points cardinaux du ciel, de la voie lactée et des principales constellations de l’hémisphère Nord. Mais les explications étaient débitées un peu à toute allure et on a du le faire répéter une fois le reste du groupe parti pour comprendre un peu mieux les formes de Centaure, le Dauphin, Orion le Scorpion, Cassiopée etc…
Une longue journée sur la route mais avec des paysages extraordinaires et une première nuit sous la tente en Colombie, dans un désert à seulement quelques heures de la capitale! Vamos!
Camping

Notre tente, en plein désert

Mon premier désert
Tatacoa est connu ici pour ses deux déserts: un désert rouge et un désert gris. Nous on veut voir les deux, car on n’a jamais vu de désert avant ailleurs. Le désert rouge est situé à moins de 200m de notre camping alors que le gris est à plus de 7 kilomètres.
Sur la zone de Tatacoa, il y a des tours organisés disponibles avec un guide, mais les prix pratiqués sont hors de notre budget (entre 30000 et 45000 selon les deals).
Vous pouvez aussi faire des ballades en cheval ou prendre une voiture pour aller jusqu’au désert gris et rentrer à pied.
Et surtout en se renseignant on avait lu qu’il était possible de marcher tout seuls dans les deux déserts (et économiser quelques euros précieux). Chaque désert propose une petite ballade dessinée sur une pancarte à l’entrée avec un temps de parcours estimé (pas vraiment réaliste à posteriori). Il suffit de trouver les pancartes et entrer dans les déserts.
C’est parti!
On s’est donc réveillé à 5h30 du mat’ juste avant que le soleil se lève et on s’est mis en route aussi vite que possible afin d’éviter les chaleurs qu’on nous prédisait.
Early selfie

Un peu fatigués à cette heure-ci

Road to the grey desert

Le chemin entre le camping et los Hoyos

Bon il faut bien vous dire qu’avec la couverture nuageuse et la pluie fine qui est tombée cette nuit-là (après six mois sans une goutte), il ne faisait même pas chaud sur le chemin quand on a marché vers le désert gris. Le sol était même un peu plus foncé que d’habitude à cause de l’humidité. Au bout d’une heure et 20 minutes, et en ayant croisé aucune âme qui vive, nous sommes arrivés à la pancarte Los Hoyos qui donne l’entrée du désert gris. La balade depuis le camping était juste magnifique surtout que nous étions seuls en pleine nature.
Los Hoyos sign post

La pancarte à ne pas rater!

Vive notre sens de l’orientation!
Hop on prend une photo du plan et on entame la balade dans le désert. Là, la première sensation qui nous surprend c’est l’absence totale de bruit: tout autour de nous, un silence total règne et c’est assez peu commun pour le souligner. Comme de bien entendu, dans un désert tout se ressemble, donc on a marché, marché, marché…..jusqu’à se perdre!
Swimming pool in the desert

Une piscine en plein désert, un délire colombien!

Grey desert
Grey formations

Des formations rocheuses sympas

Grey rock faces
Desert cairns

Des cairns à perte de vue

En gros au bout d’un moment, on a fait demi tour (2 heures quasiment de perdues au total) et on a retenté de trouver le chemin. Peine perdue, on a trouvé des endroits de désert gris, mais pas le bon chemin qu’on était censé suivre et qui est dessiné sur la carte.
Soph stretching

Dur, dur les 20 bornes…

Un peu frustrés on a laissé tomber, et sur le chemin du retour on a dégoté un point de vue en hauteur qui surplombait le désert: juste ce qui nous manquait. Un spot tranquille pour admirer les splendeurs à nos pieds.
Soph looking
Grey desert panoramic

Le panorama du désert de Los Hoyos

Un point de vue génial
Et surtout on s’est offerts un petit break avant les 7 kilomètres qui nous attendaient sous le ciel qui se dégageait lentement, laissant apparaître un soleil écrasant petit à petit sur nos têtes. À 11 heures nous avons finalement atteint le camping après cinq bonnes heures de marche (et l’équivalent d’un semi-marathon!). Une douche gelée pour se remettre les idées en place et une bière fraîche pour se désaltérer, on était prêts à se mettre en route pour une comida locale et faire le plein d’énergie.
Grey desert hdr

Rien que pour nous, badaboum!

Après le gris, le rouge!
Plus tard cette après-midi, après avoir laissé passer la chaleur torride, on a décidé d’admirer le désert rouge avant que le soleil ne se couche. Un peu comme le gris, ce désert est plus petit que ce à quoi on pouvait s’attendre. En fait il y a même pas mal de voyageurs qu’on a rencontré qui étaient déçus par ce que Tatacoa avait à offrir. Mais pas nous!
JM red desert
Cactus

Le cactus est roi…

Cusco sign post

La pancarte du rouge!

On a quand même pû marcher une heure et faire quelques photos souvenirs. Comme on avait prévu de revenir le lendemain matin on s’est un peu dépêchés et pour changer, on s’est perdus l’un l’autre entre deux canyons, obligés de hurler pour savoir où était passé Sophie alors qu’elle hurlait pour essayer de me retrouver. Et entre des dizaines de crevasses, ça ne sert à rien de s’égosiller. Une minute tendue et quelques sueurs froides plus tard, on était récompensés par de belles couleurs sur un paysage magnifique.
Red selfie

Selfie du désert

Red desert panoramic

Seule au milieu du désert

Cracked soil

6 mois sans pluie sauf quand on est là!

Desert shadows

Des crevasses et des canyons de partout…

Tous les matins debout 5h ça pique!
Encore un réveil aux aurores pour ne pas rater le lever de soleil, ce coup-ci dans le désert rouge.
Fatigues

Encore un réveil « early »

Et pour changer, aucun nuage dans le ciel, pas une goutte de pluie et pas un chat dans tout le désert. Le bonheur! On a donc decidé de ne pas se perdre, de ne pas se faire de frayeur, et de profiter pendant une heure et demie de ce cadre unique rien que pour nous. Quand on est rentrés au camping, notre journée comptait déjà plusieurs heures et les autres résidents ouvraient à peine l’oeil.
Morning landscapeRed valley desert
Red desert sunrise zoom
Sun in the cactus
Red desert sunrise hdr cactusBye Bye Tatacoa, et merci!
Vint pour nous l’heure de ranger la tente, faire le sac, prendre un petit déj et mettre le cap sur San Agustin notre prochaine destination, le site archéologique le plus important de Colombie. Pour ne pas laisser sur votre faim, voici quelque clichés à savourer sans modération…

Red desert sunrise blueskyJM red rock

Soph red rockRed desert sunset hdr natural Red desert sunrise hdr

Red desert panorama magicJM and soph shakas

8 reflexions sur “Semi marathon dans le désert de Tatacoa

  1. Cédric

    Meilleure photo: « rien que pour nous, badaboum » !!!

    Whaou Jeremy s’exprime sur votre blog, vous allez fêter ça.

  2. Patrick, Christelle, Flo et Rom

    Hello les veinards,

    Très belles photos et des paysages à couper le souffle !!!
    La Colombie est magnifique et si la sécurité persiste, devrait devenir rapidement un pays très visité par les touristes.
    Vous avez prévu de faire un tour vers Pasto, Popayan et le site précolombien de San Agustin ?
    On attend les prochains articles avec impatience.
    à bientôt
    Patrick, Christelle Flo et Rom

  3. mam

    Ça existe ça sur terre ????
    On se croirait dans un autre monde. Des paysages à couper le souffle, des photos dignent des meilleurs photographes , c’est le paradis .

    Mais…. dans le désert on peut se perdre donc….la prochaine fois il faudra vous encorder comme les alpinistes. Ah ah ah !!!

    A bientôt pour de nouvelles aventures . Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!