TOOL TRIP

Yogyakarta et ses alentours

becak rouge
Après quelques problèmes coutumiers pour nous entre Padang et Jakarta, nous sommes arrivés à Yogyakarta avec 3 heures de retard. Première conséquence, à 10h du soir plus de bus de la ratp locale, et une solution pour rejoindre le centre ville, le taxi, de nuit, et depuis un terminal d’aéroport. Gros trou dans le budget du jour, car même après un court mais intense marchandage, le prix payé s’avère être 20 fois le prix normal…Vive les touristes!
sosrowijayan
On s’est donc rendus au quartier à touriste, rue Sosrowijayan street postau croisement de la fameuse rue Malioboro. On avait en tête un hostel pour la nuit qui nous plaisait mais comme il était déjà complet, on a suivi un rabatteur dans des mini ruelles (traboules) qui nous en a indiqué un autre, bien sympa, pas cher, basique avec petit déj inclus alors comme on était épuisés par la journée de transport on s’est arrêtés là.
On a juste déposés nos affaires et on est vite retournés voir ce qu’il se passait dans la rue, toute agitée de la fièvre du samedi familysoir. Concert live au milieu de la rue, des warungs partout (boui-bouis ambulants), de la musique, des marchés nocturnes et des gens partout. Super ambiance qui nous faisait un bien fou après quelques jours décevants à la fin de notre séjour sur Sumatra.
Concert Yogyakarta
becak crosswords

Dur le boulot

Le lendemain matin on était bien décidés à explorer cette ville, qui contient quelques 10 millions d’habitants apparemment… On avait déjà remarqué à Sumatra que les indonésiens détestent marcher, et bien les javanais n’échappent pas à la règle. La plupart du temps il n’y a pas de trottoir dans la rue, donc vous êtes constamment klaxonnés par les voitures, les taxis, les bus, les mobylettes, les chevaux et mes becaks. Ca fait beaucoup de coups de klaxon toutes les minutes. Mais la principale raison de ne pas trop marcher c’est surement la température, il fait parfois si chaud que le bitume fond sous les tongs!

scooter jogja
DSC07312
On a bien commencé car à peine sortis de notre rue, on était invités dans une galerie d’art Batik cachée au fin fond d’un magasin, on s’est fait expliquer le principe de cet art particulier sur soie, fait offrir le thé et une bouteille d’eau. Malheureusement pas de photo, mais certains tableaux étaient assez époustouflants. Ensuite on a filé au marché couvert de Malioboro: un labyrinthe de boutiques qui vendent le même type d’habits sur des centaines et des centaines de m2. Impressionnant de voir que ces vendeurs parviennent à faire du business vu que tout le monde vend exactement la même chose!
jogja market batik
Prochaine étape le fameux Kraton. Un palace au milieu de la place centrale de Yogya. La principale attraction touristique de cette ville (sans compter les temples aux alentours). On avait un plan. On nous avait donné deux trois indications pour nous y rendre. Plein d’enthousiasme, on fonce. Mais après avoir tourné dans tous les sens pendant une heure et demie, avoir demandé notre chemin 10 fois, et avant de mourir de faim de soif et d’épuisement on s’est résignés et on a laissé tomber. A la place, on voulait aller voir le point de vue sublime au dessus de la ville qui se trouve au village Imogiri: 20km au sud de Yogya, ce site qui abrite un cimetière royal se mérite car il y a plus de 350 marches pour y accéder. Mais encore faut il y arriver. Que s’est-il passé? On a commencé le périple à pied, puis comme il faisait vraiment trop chaud on a pris le bus. Heureusement car ce premier bus nous a amené au terminal en 30′!!! Là on était prêts à monter dans le bus local qui fait le trajet vers Imogiri quand le conducteur nous a fait comprendre que c’était le dernier bus de la journée et comme c’était dimanche, il n’y en aurait pas pour le trajet retour! On devrait trouver une voiture privée ou bien un scooter… Evitons les ennuis, ne tentons pas le diable on est déjà fracassés de notre matinée. On fait machine arrière, même bus dans le sens inverse direction centre ville et retentative pour le Kraton. 45′ de plus de recherche infructueuse, c’est mort, on rentre manger et boire à l’hostel. Et c’est quand d’autres clients sont rentrés aussi à l’hostel qu’on a compris le problème: le Kraton était fermé ce jour là! Aaaaaaahhhhh p…..!! Personne n’aurait pu nous le dire! Bref même avec ces péripéties, on a bien aimé l’ambiance de la ville, et les gens qui étaient sympas de partout. C’est sûr qu’avec 10 degrés de moins ça aurait été encore mieux mais bon!
food jogya
Le lendemain matin, il était temps de faire nos touristes et de visiter le temple de Prambanan, au nord est de la ville. 35 minutes de bus depuis notre hostel, trop facile. On savait que c’était cher et bondé mais ça vait le coup. Par contre, dès l’entrée tu comprends qu’on te prend pour ce que tu es c’est-à-dire un touriste vache à lait. Il n’y a pas une entrée mais en réalité deux entrées, une étant réservée aux indonésiens et l’autre aux étrangers. Alors ok ils te filent un sarong pour te couvrir les jambes et un café mais en payant 10 fois plus que l’indonésien de base, ça fait quand même bien mal.
ticket boxforeigners booth
Cependant les temples sont vraiment un site à voir! On est arrivés assez tôt donc il n’y avait pas encore trop de monde.
Prambanan
prambanan elephant
prambanan bouddha
prambanan singes
prambanan 4 heads
On avait quelques 45 minutes avant que les hordes de bus d’écoliers et de touristes locaux débarquent et que ça devienne la Chine. On s’est vite transformés en star de cinéma. Photo miss, photo mister, please, please… Ca nous dérange pas, si ça leur fait plaisir, ça nous fait aussi plaisir mais c’est quand même dommage de ne faire que des selfies au lieu de profiter d’un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco.
prambanan jm                           prambanan soph
Au final, on a passé près de 3 heures sur place. C’est largement faisable en moins de temps, mais on voulait en avoir pour notre argent ;).
prambanan soph portrait
DSC07369
La plupart des visiteurs se limitent au temple hindou principal mais il y a d’autres temples autour à l’intérieur du même parc et ils valent le détour. On a ainsi découvert le temple Sewu, deuxième plus grand temple bouddhiste en Indonésie et on était tout seul! C’est juste un peu triste que tout le monde passe à côté d’un tel site.
DSC07378

Temple Sewu

 prambanan soph funny
Après cette matinée passée à se balader et la température atteignant son maximum, on est rentrés tranquillement à l’hostel pour se diriger vers le village de Borobudur et admirer son fameux temple boudhiste, le plus grand au monde.
À travers ce trip, nous nous efforçons de tout faire par nous même sans jamais avoir recours à des agences qui vous font payer un prix monstrueux et qui vous font visiter les sites touristiques en file indienne. Non, on essaie plutôt de se débrouiller, c’est bien plus marrant, et on a plus de galères à vous raconter à la fin!
street art
Dans le cas présent pour aller à Borobudur depuis Yogya, il faut aller au terminal de bus situé au nord ouest de la ville et prendre un bus pour le village. Bon, prévoyant large on est partis à 14.30, pour prendre le bus de 16h au terminal, ce qui nous laissait 1h30 pour faire 6km…on savait même quel bus prendre en ville et tout. Mais non, à la station de Malioboro on nous a indiqué une route différente (prendre le 3A puis changer pour le 2A), et suivre ce conseil ne nous a pas aidé. On a attendu en gare 45 minutes pour le 1er bus (alors que 3 bus 2A nous sont passés sous le nez), puis encore 20 minutes pour le second bus. Quand le bus est arrivé il était blindé, donc séance sardines grillées avec nos sacs, les 35 degrés en plus! Bien contents d’en finir avec une autre grande ville indonésienne dans laquelle la circulation est juste inimaginable, même s’il a fallu encore 45 minutes de plus pour arriver au terminal.
Enfin au terminus, on apprend (enfin on découvre vu la tête des gens) qu’on a raté le dernier bus pour Borobudur…il est 16h15, à cause de ces abrutis du trans jogja on a perdu 1h45 (pour 6km) et on ne peut plus rien faire car les indonésiens s’arrêtent de vivre à 16h!!!! Comme d’habitude dans ces situations personne ne parle anglais, nous pas un mot d’indonésien, et on avait aucune envie de se retaper le trajet en sens inverse et de passer une nuit de plus ici. Un jeune mec amusé par nos galères assis à rien faire nous a donc indiqué une combine: prendre un bus local pour Muntilan (ceux qui s’arrêtent partout et qui haranguent tout le monde), et de là attraper un minibus pour Borobudur (comme les tunings de Padang mais sans tuning). Allez c’est parti, on a pas le choix. Bien entendu, ils ont essayé de nous enfler de quinze fois le prix du trajet, bien sûr le bus était surbondé comme jamais donc on a du s’asseoir à contre sens à côté du chauffeur (la sécurité c’est ma priorité…), et bien sûr on était assis sur…le moteur! Il faisait donc 200 degrés… Après 50 minutes à tout faire pour ne pas gerber partout (la conduite indonésienne à l’envers c’est pas génial) on se fait droppé au milieu de nulle part sur une route pas franchement top. Aucun bus en vue, rien en fait à part deux trois warungs vides et quelques clochards locaux. Mais au bout de 2 minutes un opelet est arrivé avec à son bord quelques vieux du village tout contents de nous voir chargés comme des bourricos monter à bord. Le gars nous a amené jusqu’au centre du village pour une bouchée de pain et on était bien contents de voir Borobudur avant que la nuit tombe. Une nuée de becaks ont voulu nous emmener à l’hostel moyennant une fortune mais grâce à maps.me on savait qu’il n’y avait qu’1km ou 2 de marche pour y arriver. Donc on n’a pas mordu à l’hameçon et on a rejoint le Lotus à pied. Bien fatigués encore une fois mais très heureux d’y être, loin du bruit et du monde de Yogya. L’hostel était assez piteux, mais on avait entendu beaucoup de bien du resto et le petit déj était inclus. En plus en arrivant on nous a dit qu’il y avait 15% de réduc pour l’entrée du temple donc ça a fini de nous convaincre.
Une spécialité locale pour le diner vite avalé et hop au lit car le lendemain on se lève aux aurores pour être les premiers aux grilles du temps et admirer le paysage…
becak driver

Merci Yogya

6 reflexions sur “Yogyakarta et ses alentours

  1. Avatargps.

    Waouhhh !!!

    éreintant parfois pour vous, mais passionnant et haletant ;

    et puis toujours des photos superbes et suggestives ; merci merci…

    reste à vous aménager un peu de temps pour zazen ; pour reprendre un peu de souffle !

    bravo, bises et bon vent…

    gps.

  2. AvatarMam

    Super contente d avoir de belles photos et de nombreux commentaires.

    On a pu vous suivre presque à la trace. Un vrai périple souvent mais que de choses à raconter ds 11 mois et de merveilleux souvenirs.

    Bon séjour à Bali. Amusez vous tous ensemble . Bon « mariage » et bises à vous deux.

  3. AvatarCharlotte

    On y etait y a deux mois!! Je reconnais tout a fait a vous lire, et on a vu la meme boutique batik!!!
    Amusez vous bien, on vous envie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!